Une sacrée douche froide pour le Standard: les Liégeois ont été sévèrement battus par Ostende pour entamer les Playoffs 2…

Nicolas Raskin était particulièrement abattu au coup de sifflet final.
Nicolas Raskin était particulièrement abattu au coup de sifflet final. - Belga

Au lendemain de sa reconduction de contrat pour deux saisons, Mbaye Leye emmenait ses troupes du côté d’Ostende, une formation réputée pour sa verticalité et son jeu tourné vers l’offensive. Le mentor sénégalais avait aussi opté pour l’action avec Jackson Muleka et João Klauss en attaque, tout en offrant à Mehdi Carcela une chance de briller. Sur le banc, la jeunesse était au pouvoir, avec l’apparition de deux nouveaux, en la personne de Nathan Ngoy et Allan Delferriere.

Deux novices qui ont observé un premier acte décomposable en trois parties. La première, emprunte de choix techniques précaires et de décisions mal pensées des deux côtés. Les locaux avaient beau faire preuve de davantage d’allant, c’est finalement le pied de Selim Amallah qui a déclenché la seconde phase. Bien servi par Kostas Laifis, monté aux avant-postes, le médian a fait preuve de timidité dans sa frappe, trop facilement captée par Guillaume Hubert.

Comme souvent cette saison, les Rouches ont été punis dans la foulée. Déstabilisée défensivement, l’équipe visiteuse s’est fait rouler dans la farine par la vitesse d’exécution locale. Plus roublard que Nicolas Raskin, Marko Kvasina exulte, le marquoir est ouvert, juste avant de s’affoler comme jamais en 15 minutes. Parti dans le dos de la défense, Nick Batzner doublait la mise, avant qu’Arthur Theate n’alourdisse le score, d’un coup de tête rageur.

La messe semblait dite mais c’était sans compter sur Jackson Muleka, récompensé pour ses beaux efforts, et Mehdi Carcela. Voilà donc la troisième étape de notre triptyque, avec cette douce folie dans les deux rectangles, de quoi augurer d’une deuxième période de haut vol.

Des espoirs rapidement coupés en plein vol. Bien trop impétueux dans un tacle avec Jack Hendry, Mehdi Carcela se voyait brandir une seconde carte jaune, sans discussion possible. Réduit à dix à la 50e, le Standard a commencé à courir après une balle rendue insaisissable par des Côtiers plus à l’aise dans le jeu. Rien de flamboyant mais du concret, ce qui manque encore et toujours dans le chef des Standardmen.

La preuve au moment d’encaisser la quatrième rose. Peu après sa montée au jeu, Michel-Ange Balikwisha tente de déborder puis voit sa passe interceptée. La suite, c’est de la vitesse et de la justesse. Andrew Hjulsager s’offre une longue course et trompe Arnaud Bodart, médusé et en colère. Plusieurs de ses partenaires n’ont pas fait les efforts nécessaires pour tenter d’endiguer la reconversion ostendaise.

Théo Ndicka et Indy Boonen fixeront les chiffres à 6-2 dans les arrêts de jeu. La coupe est pleine. Le Standard voulait à tout prix entrer dans ces Playoffs 2 avec un résultat probant mais il n’en fut rien, tant dans le jeu que dans l’approche des moments clefs. Il pointe déjà à cinq points de son adversaire du jour, en attendant de voir ce que l’ambitieux Gand fera contre Malines.

Cette fois, la claque est de taille…

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous