Accueil Société

Bruxelles-Liège: pourquoi les forces de police ont agi différemment samedi

Entre la gestion policière de « la Boum » et celle déployée pour encadrer les festivités du 1er mai à Liège mais aussi ailleurs dans Bruxelles, il y avait samedi un monde de différence.

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 4 min

Un déploiement de force colossal. Le superlatif n’est pas volé pour qualifier le dispositif dépêché au Bois de la Cambre pour faire évacuer la foule qui s’y était amassée samedi après-midi. Nos confrères de la DH et du Nieuwsblad évoquant la présence de 600 à 700 policiers mobilisés pour l’occasion. Sur place, nous avons en tout cas pu observer en action au moins 4 autopompes, des dizaines de policiers à cheval, ainsi que des brigades canines et des brigades d’arrestation en civil. Toute une machinerie déployée en ligne sur le coup de 17h30, avant d’entrer en action peu après. A 21h encore, elle s’attachait à poursuivre des grappes d’émeutiers dans tout le parc.

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

16 Commentaires

  • Posté par Staquet Jean-Marie, lundi 3 mai 2021, 11:00

    Je suis désolé de revenir avec mon thème favori mais je dois constater ceci: les Etats d’Europe centrale sont constamment taxés de « non-conformité » au regard de nos « valeurs ». Hélas, en France et en Belgique principalement, les forces de police se distinguent négativement à des fréquences quasi hebdomadaires et en rapport avec des causes des plus diverses (gilets jaunes, banlieues, pandémie, réfugiés, arrestation tragique d’un Slovaque dans un aéroport dans des circonstances qui dépassent tout entendement , etc.). Une nouvelle fois, je ne pense pas une seconde que la police soit seule responsable de cette dégradation des relations sociales. Mais tout cela, ça se voit et cela se sait. Et ca donne une drôle d’image des fameuses « valeurs » défendues par l’ouest. Ce n’est pas tout de donner des leçons de « rule of law » pompeusement. Encore faut-il que ceux qui les reçoivent aient l’impression que le professeur de bonnes pratiques soit lui-même à la hauteur. Et cela semble être de moins en moins le cas.

  • Posté par Skiadas Antonios, lundi 3 mai 2021, 10:41

    Comme je l’avais déjà dit, bien avant ce we, à Bruxelles les Close et Vervoort sont des personnages autoritaires. Ils ne connaissent pas grand chose en dehors de la répression. Ils ont envoyé les blindés et les policiers armés comme des soldats contre les citoyens. je trouve cela très grave. Les policiers ne sont responsable de ce qui se passe à chaque fois (il y a en toujours quelqu’uns qui dérapent bien sûr). C’est en amont et ce que ces politiciens donnent comme instructions qui en est la cause. Quand un chef de police (le bourgmestre), en accord avec le ministre président donne instruction au chef de corps, qui lui transmets aux hommes de terrain qui sont armés et équipés pour frapper des instructions qui ne laissent pas la place au dialogue et à la compréhension, cela se termine et se terminera toujours comme. Boum 1, Boum 2, 3, 4? Etc. Une autre approche est impossible pour ces dirigeants. Pourtant la demande d’organiser une grande fête avait été demandée. Sans réponse. Dans les autres villes de Belgique cela ne s’est pas trop mal passé. Ces gars doivent dégager. Ce n’est pas possible d’être bornés et aveugles de pouvoir a ce point.

  • Posté par SPEIDEL Marc-Alain, lundi 3 mai 2021, 10:26

    La méfiance doit être de mise à l'égard des images relayées par les réseaux sociaux. Elles sont en règle générale commentées en direct par le preneur d'image, qui ne sait souvent rien des faits qui ont mené à l'intervention. Il n'y a aucun filtre de journalistes, dont la déontologie reste un garant face à la désinformation. D'autre part, on peut s'étonner. La Belgique est-elle une île? Nous sommes entourés de pays dans lesquels les règles de prudence sanitaire sont peu ou prou les mêmes que chez nous. J'ai bien du mal à comprendre...

  • Posté par Frissen Jean-Marie, lundi 3 mai 2021, 10:00

    Ce n'est pas la première fois que certains policiers à Bxl ont des attitudes de Rambo. Les images qui sont diffusées sur les RS sont assez éloquentes. Ce sont les chefs de corps qui sont responsables de cette attitude. Il serait quand même temps qu'on s'interroge sur ces gens et leur stratégie.

  • Posté par Glossy P, lundi 3 mai 2021, 8:35

    J'ai une idée pour les faire chier : organisons une party mais ... que des noirs !

Plus de commentaires

Aussi en Société

Grand format Agressions sexuelles: une lame de fond partie du cimetière d’Ixelles

En dix jours, deux bars ixellois ont été visés par des dizaines de témoignages de femmes, relatifs à des cas d’agressions sexuelles. Dans le sillage de ces récits, d’autres sont venus mettre en perspective une problématique qui dépasse de loin le quartier étudiant (et plus largement Bruxelles), mettant le monde de la nuit face à ses responsabilités.

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs