Concours musical Reine Elisabeth: une édition sans public et sans Belge consacrée au piano

En raison de quelques désistements, le concours Reine Elisabeth accueillera finalement 58 candidats. Il s’agit de 49 hommes et 9 femmes, représentant 16 nationalités différentes.
En raison de quelques désistements, le concours Reine Elisabeth accueillera finalement 58 candidats. Il s’agit de 49 hommes et 9 femmes, représentant 16 nationalités différentes. - Photo News

Le concours Reine Elisabeth, dédié cette année au piano, démarre lundi. Une édition extraordinaire, puisqu’elle avait dû être reportée l’an dernier en raison de la pandémie de coronavirus. Les candidats, qui ont vécu pratiquement reclus depuis, devront se passer du public pour respecter les règles sanitaires en vigueur.

«Les candidats n’ont pas pu se produire pendant un an. C’était important que cette édition ait lieu, même s’ils joueront dans un contexte particulier, devant une salle vide», a confié à Belga le secrétaire général du concours de renommée internationale, Nicolas Dernoncourt.

16 nationalités différentes

En 2020, les organisateurs avaient pris la décision de reporter le concours juste après les présélections. Sur les 331 pianistes qui s’étaient présentés, 74 avaient été retenus pour participer à la première épreuve. Parmi les pianistes sélectionnés, il n’y avait aucun Belge.

En raison de quelques désistements, le concours accueillera finalement 58 candidats. Il s’agit de 49 hommes et 9 femmes, représentant 16 nationalités différentes.

Outre le report à cette année, le coronavirus aura un impact certain sur l’organisation de l’événement. En demi-finale, le nombre de candidats admis sera limité à 12 au lieu de 24. Ce nombre sera de six en finale, et non 12 comme habituellement. Accueillir 12 finalistes à la Chapelle Musicale, où ils doivent séjourner pendant une semaine pour étudier une œuvre inédite, était trop compliqué dans le contexte sanitaire actuel.

En demi-finale, les prestations du concerto et du récital se feront durant le même concert et non lors de deux jours différents. «Ces modifications ont été pensées afin que le concours reste fidèle à ses exigences artistiques tout en limitant l’impact sur la préparation des candidats», expliquent les organisateurs.

Les événements auront-ils une répercussion sur le jeu des musiciens? «Ils ont certes eu un an de plus pour se préparer, mais je ne sais pas si le niveau s’en trouvera changé, car il est déjà extrêmement élevé au départ», relève Nicolas Dernoncourt.

En pratique, la première épreuve se tiendra du 3 au 8 mai à Flagey. Chaque pianiste proposera une œuvre de son choix et le premier mouvement d’une sonate classique de Beethoven, Haydn ou Mozart. Il jouera également une ou deux études.

Pour la demi-finale, du 10 au 15 mai, les pianistes seront accompagnés par l’Orchestre royal de Chambre de Wallonie, sous la direction de Frank Braley. La finale aura lieu du 24 au 29 mai au Palais des Beaux-Arts de Bruxelles, avec le Belgian National Orchestra dirigé par Hugh Wolff.

Report

Le report du Concours Reine Elisabeth de piano à 2021 a entraîné le décalage des éditions suivantes. Le concours de violoncelle aura lieu en 2022, celui de chant en 2023 et le concours de violon aura lieu en 2024.

Sur le même sujet
Musique classiqueBOZAR
 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous