Coronavirus: une plainte de l’horeca contre la pub pour la vaccination

Coronavirus: une plainte de l’horeca contre la pub pour la vaccination
D.R.

Pour retrouver mon resto préféré demain, je me vaccine. » Tel est l’un des slogans utilisés, via affichage public et internet, par la Région wallonne et par la Commission communautaire commune de Bruxelles-Capitale (Cocom) pour encourager la population à se faire vacciner. Et le moins que l’on puisse dire, c’est que cette formule déplaît fortement au collectif Wallonie Horeca. Celui-ci annonce d’ailleurs qu’il va déposer plainte, via son avocat, auprès du Jury d’éthique publicitaire (JEP) en vue de faire retirer ce slogan ou de le modifier.

« Nous dénonçons l’instrumentalisation de l’horeca et, plus largement, des lieux de réjouissance, pour faire avancer le bétail vers la vaccination », justifie Maxence Van Crombrugge, une des chevilles ouvrières du collectif, une figure publique qui n’est pas « contre la vaccination » mais qui « déplore l’absence d’investissement dans l’immunité naturelle ».

Mais si le collectif s’insurge contre le slogan, c’est moins pour prendre part au débat sociétal sur les vaccins anti-covid que pour préserver son image auprès de la clientèle de l’horeca. « Tout est parti de Charleroi où des personnes nous ont promis de ne plus jamais remettre les pieds dans un resto si elles devaient préalablement se faire vacciner. Pour nous, il est hors de question d’être associé à une idéologie (celle prônant la vaccination, donc, NDLR). Nous souhaitons garder notre liberté de penser », expose Maxence Van Crombrugge estimant que « la campagne va à l’encontre de la législation belge et européenne sur la promotion des médicaments » et relève du « lavage de cerveau ». Au nom du collectif, il dit redouter que « la prochaine étape soit le passeport vaccinal pour pouvoir se rendre au restaurant ».

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous