Rénover durable a un sens

Dans cet article
Il existe de nombreux travaux de rénovation énergétique à effectuer chez soi. L’isolement de la façade par l’extérieur est un de ceux-là.
Il existe de nombreux travaux de rénovation énergétique à effectuer chez soi. L’isolement de la façade par l’extérieur est un de ceux-là. - Sto.

Le secteur de la construction est souvent pointé du doigt pour son impact écologique, et à juste titre. En Wallonie, les bâtiments résidentiels représentent par exemple 17 % des émissions de gaz à effet de serre et 28 % des consommations d’énergie – principalement pour le chauffage. Cela tient principalement au fait que le parc immobilier de la région est particulièrement ancien : 75 % des logements wallons ont, en effet, été construits avant 1985 et s’avèrent peu performants d’un point de vue énergétique.

Heureusement, cette situation n’est pas irréversible et le bâti peut même contribuer activement aux objectifs environnementaux fixés à l’échelle européenne. D’ici 2050, chaque Etat membre doit en effet mettre en place des actions pour arriver à la neutralité carbone. La Wallonie s’est plus particulièrement engagée à réduire ses émissions de gaz à effet de serre de 80 à 95 % entre 1990 et 2050. Pour ce faire, elle compte entre autres sur le logement et sa « décarbonisation ». Cela signifie que d’ici un peu moins de 30 ans, les habitations devront limiter drastiquement leurs consommations et recourir à des sources d’énergie renouvelables. L’ambition est aussi qu’à cette échéance, le parc de logement wallon tende vers un label PEB A. « Il s’agit d’une moyenne », précise toutefois Céline Renard, chef de projet au SPW (Service public Wallonie). « Certains logements iront plus loin dans la performance énergétique alors que d’autres ne pourront peut-être pas atteindre ce label A, notamment pour des raisons techniques ou patrimoniales. »

Le défi est en tout cas de taille puisqu’en 2019, la performance énergétique moyenne du bâti wallon se situait autour de F ! La norme Q-Zen (quasi-zéro énergie) imposée aux nouveaux bâtiments devrait contribuer à atteindre les objectifs fixés à l’horizon 2050, mais elle ne suffira pas. Il est nécessaire, en parallèle, de donner un sérieux coup d’accélérateur à la rénovation énergétique profonde du bâti existant dont le taux est estimé à seulement 0,2 % par an en Belgique.

Un processus coûteux mais rentable

Si ces rénovations sont si peu nombreuses, c’est notamment parce qu’elles représentent souvent des opérations lourdes et/ou des coûts élevés. Ces deux inconvénients sont toutefois contrebalancés par de très nombreux avantages… Tout d’abord, rénover énergétiquement son habitation permet d’augmenter son confort à de nombreux égards. Les travaux comme l’isolation ou le remplacement des châssis peuvent entre autres améliorer la luminosité naturelle, la qualité de l’air, l’insonorisation ou encore la température en été comme en hiver. Ces éléments assurent un cadre de vie plus agréable, mais ils ont également des répercussions positives sur le bien-être et la santé des habitants. Un logement froid, mal ventilé et/ou humide peut en effet augmenter les risques de problèmes respiratoires ou cardiovasculaires chez les occupants.

Ensuite, une maison ou un appartement performant au niveau énergétique a généralement davantage de valeur sur le marché immobilier. Les locataires comme les acheteurs sont de plus en plus attentifs à cet aspect car ils savent qu’une mauvaise PEB est souvent synonyme de manque de confort, de frais à prévoir ou encore de factures énergétiques élevées. A l’inverse, une rénovation énergétique bien gérée permet de réaliser d’importantes économies d’électricité, de chauffage ou d’eau et de diminuer les consommations jusqu’à 75 %. Ces bâtiments peu énergivores limitent donc la précarité énergétique et permettent aux ménages d’être moins exposés aux fluctuations des prix de l’énergie. Les propriétaires réalisent ainsi des économies à long terme, notamment aussi parce que les bâtiments rénovés sont plus durables. Les travaux d’isolation et de ventilation permettent entre autres d’éviter les problèmes de condensation et d’humidité qui peuvent dégrader prématurément les bâtiments.

Enfin, rénover son habitat dans une optique de performance énergétique permet de limiter significativement son impact sur l’environnement. En réduisant les besoins en énergie fossile et leur combustion, on préserve par exemple des ressources naturelles et on agit sur l’une des principales causes du changement climatique. Sans compter que la rénovation énergétique stimule l’économie puisqu’elle implique généralement le recours à des entrepreneurs et professionnels locaux. La formule est donc 100 % gagnante !

En collaboration avec Wallonero, la campagne lancée par la Wallonie pour rénover son habitat, le Soir-Immo accompagne ses lecteurs pour leur permettre de transformer leur habitation de manière plus durable. Avec plusieurs buts à la clé : consommer moins, accroître son confort et vivre plus sainement.

 

Informer et sensibiliser le grand public

Par Marie-Eve Rebts

Pour atteindre ses objectifs de durabilité et ceux fixés par l’Europe, la Wallonie a élaboré et suit une « Stratégie de rénovation énergétique à long terme du bâtiment ». Une première version a été établie en 2014, après quoi des mises à jour et améliorations ont suivi en 2017 et 2020. Cette stratégie de rénovation énergétique s’articule autour de trois axes dont la création d’un cadre transparent propice aux investissements efficaces d’un point de vue énergétique, la structuration et le renfort de l’offre de services et de fournitures liés à la rénovation et, enfin, le renfort de la demande pour des bâtiments neutres en carbone et performants énergétiquement. Aussi bien le logement que les bâtiments tertiaires sont concernés et plusieurs dizaines d’actions sont prévues pour concrétiser les ambitions de cette stratégie et atteindre les objectifs fixés.

Comme les citoyens ont aussi un rôle à jouer dans cette stratégie, une campagne d’information spécifique a été élaborée pour le grand public : Walloreno. « Son but est de promouvoir les actions prévues par la stratégie de rénovation énergétique, mais aussi et surtout de conscientiser et familiariser le public à cette problématique », explique Céline Renard, chef de projet au SPW. « Le message est notamment axé sur l’intérêt de poursuivre une réflexion globale lorsqu’on rénove son habitation. »

La campagne Walloreno se décline sur plusieurs supports comme des affiches, des vidéos, des parutions sur les réseaux sociaux, etc. Elle inclut aussi un « guide pratique » clair et complet expliquant les objectifs à poursuivre en matière de rénovation énergétique, les avantages d’une telle démarche ou encore les outils mis à disposition par la Wallonie pour aider les citoyens dans leur parcours. Parmi ces dispositifs, certains sont déjà existants mais d’autres comme le Quickscan et la feuille de route ont été mis en place récemment pour épauler et guider les porteurs d’un projet de rénovation énergétique. Toutes les actions de Walloreno suivent par ailleurs un fil rouge qui est aussi le slogan de la campagne : « En route vers le label A ».

Le projet Walloreno: une expérience en conditions réelles

Par Marie-Eve Rebts

La commune de Gesves participe aux projets-pilotes de Walloreno.
La commune de Gesves participe aux projets-pilotes de Walloreno. - Asap.

Andenne, Ecaussinnes, Ottignies-Louvain-la-Neuve, Flémalle… Plusieurs communes ou zones wallonnes participent actuellement au projet. Par l’intermédiaire de publicités, affiches et séances d’informations, les habitants de ces communes ont été invités à réaliser un « Quickscan » en ligne afin d’évaluer en quelques clics la performance énergétique de leur habitation et les travaux à envisager. Ensuite, ceux qui le souhaitaient ont pu candidater pour faire partie des 30 habitations de leur commune à bénéficier d’une subvention pour un audit logement. Il s’agit d’un coup de pouce non négligeable car cet outil permet de détailler la performance énergétique d’un bâtiment et de phaser intelligemment les travaux de rénovation – notamment grâce à une feuille de route personnalisée.

Il est aussi et surtout nécessaire pour obtenir les primes habitation wallonnes. « L’audit est vraiment utile et pertinent, mais son coût atteint vite les 1.000 euros et cela peut s’avérer rédhibitoire pour certains ménages », constate Stéphan Vis, chargé de mission énergie au GAL Pays des tiges et chavées. « Le projet pilote de Walloreno répond donc à une vraie problématique de terrain, et nous avons même poussé la démarche un peu plus loin en offrant l’audit grâce à des subventions supplémentaires octroyées par notre Groupe d’action locale et nos communes (NDLR : Gesves, Assesse et Ohey). »

Critères énergétiques

Les entités participant au projet-pilote ont reçu plusieurs dizaines de candidatures qu’elles ont départagées essentiellement sur la base de critères énergétiques. L’objectif du programme est, en effet, de créer un maximum d’impact en choisissant des bâtiments ayant un fort potentiel en termes d’économies d’énergie. « Nous avons aussi pris en compte l’aspect socio-économique afin d’aider des ménages qui pourraient difficilement financer un audit », ajoute Stephan Vis. « La motivation à effectuer des travaux de rénovation énergétique a également été déterminante. »

Les ménages ayant bénéficié d’un audit gratuit grâce à Walloreno ne sont pas contraints de réaliser les travaux recommandés dans leur feuille de route, mais c’est bien évidemment préférable pour eux comme pour l’environnement. Le projet-pilote prévoit d’ailleurs une troisième et dernière étape pour inciter les citoyens à passer à l’acte : un accompagnement gratuit lors de la réalisation des travaux et un suivi des consommations énergétiques par la suite.

Ce service est réservé à dix ménages par commune, lesquels sont sélectionnés sur la base d’un dossier de candidature. Le projet pilote de Walloreno offre ainsi des solutions très concrètes que Stephan Vis espère voir se développer. « Nous aimerions que cette démarche de facilitation devienne pérenne et puisse être étendue à davantage de ménages. »

 
 
À la Une du Soir.be
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous