Accord interprofessionnel: les syndicats envisagent des actions

Le gouvernement a repris la main dans le dossier de la norme salariale, les interlocuteurs sociaux n’ayant pas réussi à se mettre d’accord.
Le gouvernement a repris la main dans le dossier de la norme salariale, les interlocuteurs sociaux n’ayant pas réussi à se mettre d’accord. - Belga

Dans une lettre ouverte publiée mardi, les centrales de la CSC et de la FGTB affirment qu’elles continueront à s’opposer à la décision gouvernementale de bloquer au maximum à 0,4 % les négociations salariales sur « la base d’une loi imbuvable et dépassée ». Les syndicats envisagent des actions pour faire valoir leurs revendications.

Le 29 avril, après l’échec des négociations entre partenaires sociaux, le gouvernement a décidé qu’il prendrait seul la décision sur la marge salariale. CSC et FGTB demandent d’avoir des négociations salariales « libres et équitables » pour 2021-2022.

« Conclure une nouvelle fois un accord interprofessionnel sans une augmentation substantielle du salaire minimum est tout bonnement impensable », soulignent les deux syndicats. Pour eux, la marge salariale de 0,4 % est tout simplement « pitoyable » pour les travailleurs qui ont permis « aux entreprises de fonctionner tout au long de la crise sanitaire ».

Les syndicats veulent un cadre qui leur permette de négocier librement et demandent aux employeurs « un dialogue social basé sur le respect et la responsabilité ».

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous