Précarité étudiante: occupation en cours au siège du gouvernement de la FWB

La ministre de l’Enseignement doit prendre ses responsabilités et agir contre la précarité étudiante. » Remontés à bloc après deux ans de mobilisation et plusieurs journées d’action, les membres de la Fédération des étudiants francophones passent à la vitesse supérieure. Depuis mercredi matin, ils sont entre 50 et 70 à occuper le siège du gouvernement de la Fédération Wallonie-Bruxelles.

Malgré les millions débloqués par la ministre Valérie Glatigny (MR) au cours de la crise sanitaire, la FEF déplore l’absence de mesure structurelle pour lutter contre la précarité grandissante. « Ces millions vont disparaître dans quelques mois et les 80.000 étudiants concernés seront de nouveau dans la précarité. En début de législature, la ministre a pris des engagements. Il est temps de passer à l’action », implore Chems Mabrouk.

La présidente de la seule organisation de représentation étudiante en Communauté française pointe également le passage en première lecture d’une réforme du décret Paysage. « A la sortie du conclave budgétaire de vendredi dernier, tout ce que la ministre a trouvé à faire, c’est de proposer une réforme qui va lourdement impacter les étudiants le plus précarisés. »

Réunion au sommet

Face à cette occupation, la ministre affirme s’être intéressée à la question de la précarité étudiante dès son entrée en fonction, en 2019. Soit bien avant le début de la crise sanitaire. Elle rappelle à cet effet son action en faveur des étudiants appelés à rembourser leur bourse d’études plusieurs mois après l’avoir perçue. Avec la crise sanitaire, des subsides sociaux à hauteur de dix millions d’euros ont été dégagés pour aider les étudiants en difficultés. Une enveloppe qui s’ajoute aux 58 millions d’euros structurels alloués chaque année pour ces aides. Enfin, toujours selon la ministre, la réforme du décret Paysage permettra de « lutter contre l’allongement des études dont l’impact est particulièrement important pour les étudiants les plus précarisés. »

Le cabinet de la ministre précise avoir reçu dans la matinée une délégation étudiante, dont la présidente de la FEF, pour entendre leurs revendications et rappeler le travail déjà effectué. Une nouvelle réunion se tiendra jeudi soir entre la présidente la FEF et la ministre Glatigny pour aborder, entre autres, la réforme prévue des allocations d’études « qui permettra d’encore mieux soutenir les étudiants » Installés avec sac de couchage et syllabi, les membres de la FEF n’ont toutefois pas l’intention de quitter le navire. « Nous resterons ici jusqu’à ce que la ministre annonce publiquement des mesures structurelles pour réduire la précarité étudiante », a conclu leur présidente.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
  • Hugo, élève malvoyant passe son CESS accompagné de l’ASBL Eqla.

    Hugo, élève malvoyant, passe son CESS grâce à Eqla

  • Avant la fuite, certains élèves avaient déjà passé l’épreuve lundi et mardi. C’est certainement de là que viendrait la bavure.

    Par Charlotte Hutin

    Enseignement

    Une nouvelle fuite ébranle le CE1D

  • d-20210217-GLAY7L 2021-05-25 10_52_46

    Par Charlotte Hutin

    Enseignement

    Le CEB, une épreuve en dents de scie

 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous