Davantage de commandes pour la construction, qui s'inquiète du prix des matières premières

Le dernier baromètre de la construction de Bouwunie indique que les carnets de commande des PME et des indépendants du secteur de la construction sont à nouveau bien remplis. "Le volume de travail actuel est remarquablement meilleur que celui de la fin 2020", commente Jean-Pierre Waeytens, administrateur délégué de Bouwunie.

"Pas moins de 22 % ont constaté une nette augmentation du nombre de commandes au cours des derniers mois. Les carnets de commande sont bien remplis. Près d'un sur trois a du travail pour plus de six mois ; à la fin de l'année dernière, cette proportion était d'une personne sur cinq", illustre-t-il. "Nous faisons un pas en avant substantiel, le haut niveau de 2019 va donc, nous l'espérons, revenir en vue dans les mois à venir."

Les entreprises de construction indiquent néanmoins qu'il leur est difficile de travailler de manière rentable avec les prix actuels. Selon Bouwunie, le principal responsable est la volatilité du marché des matériaux de construction, due aux problèmes de production causés par la crise du coronavirus et à la forte demande actuelle dans le monde. Une récente enquête menée auprès de 187 entreprises de construction montre que 87% d'entre elles sont confrontées à des problèmes d'approvisionnement et à des hausses de prix anormales.

"En raison des problèmes de livraison, le planning est compromis. Les retards peuvent aller de deux semaines à plusieurs mois", avertit Mr Waeytens. Les problèmes les plus graves concernent les produits en bois, les matériaux d'isolation, les fenêtres et les lucarnes, les radiateurs et les composants techniques. En outre, les prix de divers produits ont augmenté de façon exceptionnelle.

En outre, les augmentations de prix, qui vont de 10 ou 20 à 50%, sont intervenues très brusquement. "Faire passer une telle augmentation de prix inattendue est difficile, car le client s'en tient au prix indiqué dans le devis. Cela pèse sur la rentabilité", explique Jean-Pierre Waeytens. "De plus, les fournisseurs travaillent souvent avec des prix journaliers et il est donc difficile pour l'entrepreneur d'anticiper."

Bouwunie demande donc aux clients privés de la compréhension et la flexibilité nécessaire pour les contrats publics qui ne prévoient pas de révisions de prix. "Les problèmes de livraison peuvent également compromettre les délais d'exécution. Pour certains marchés publics, des sanctions sont prévues à cet égard. Il s'agit d'un cas de force majeure pour l'entrepreneur, et nous demandons donc aux clients de faire preuve de la flexibilité nécessaire", conclut l'administrateur délégué.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
  • Va-t-on construire un Legoland sur l’ancien site de Caterpillar
?

    Charleroi: le site de Caterpillar se cherche un avenir

  • d-20200122-3YF45A 2020-01-22 17:47:41

    Par Marie-Eve Rebts

    Immo

    Charleroi: une lente remontée pour la Ville Basse

  • Opération marketing sur le chantier ZIN: le nouveau béton «cradle to cradle» est coulé en direct et en grande pompe, avec Jean-Philippe Vroninks, le nouveau CEO de Befimmo, en première ligne.

    Par Brigitte De Wolf

    Immo

    Première coulée de béton circulaire

 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous