Immobilier: «Entretien avec un spécialiste», la parole est aux lecteurs/internautes

L’immobilier intéresse de plus en plus de monde, y compris beaucoup de jeunes.
L’immobilier intéresse de plus en plus de monde, y compris beaucoup de jeunes. - imageglobe.

Une nouvelle rubrique apparaît dès ce jeudi dans Le Soir Immo. Intitulée « Entretien avec un spécialiste », elle donnera la parole à un spécialiste de l’immobilier sur plusieurs thèmes centraux et actuels concernant l’univers de la brique en Belgique. Le premier thème choisi est: « L’effet du covid-19 sur l’immobilier ».

Le panel de personnes interrogées sera large : un agent immobilier, un notaire, un promoteur, un banquier, un architecte, un certificateur PEB, un ingénieur… bref toute personne concernée de près ou de loin par l’immobilier.

Nouveauté : elle donnera la parole aux lecteurs du Soir-Immo ainsi qu’aux internautes qui se connectent chaque jour au site du supplément immobilier du Soir (lesoirimmo.be). Ces rendez-vous avec la communauté immobilière de votre journal favori se tiendront à raison d’un entretien toutes les 8 à 10 semaines.

A partir de ce jeudi, donc, une adresse mail sera à leur disposition : lesoirimmo.redaction@lesoir.be. Les lecteurs et internautes auront ainsi tout le loisir de poser leur question. La rédaction de l’Immo les consultera et choisira les dix questions les plus pertinentes qu’elle posera ensuite au spécialiste. Nous n’appliquerons pas le principe du « premier arrivé, premier servi ». Le lecteur ou internaute aura une semaine pour poser sa question à partir du moment où sera publié l’article annonçant l’entretien avec un spécialiste, ainsi que le thème choisi.

Chaque question sera donc scrupuleusement analysée et une sélection s’opérera en fonction de la pertinence de la question mais aussi d’autres critères comme, par exemple, l’actualité. Une recommandation toutefois : soyez le plus concis possible dans votre question.

Une fois l’entretien réalisé, nous commencerons par publier le jeudi suivant quelques capsules vidéo sur www.lesoirimmo.be ainsi que, 7 jours plus tard, la retranscription de l’interview dans la version papier de l’Immo. De cette manière, l’entretien bénéficiera d’une couverture complète sur tous nos canaux de diffusion.

Cette nouvelle rubrique nous a semblé intéressante à une heure où l’immobilier mobilise de plus en plus de lecteurs/internautes. Les chiffres le montrent : la brique concerne un public de plus en plus large et de plus en plus jeune, particulièrement en Belgique, un pays où elle a toujours profité d’une large couverture médiatique.

La crise du covid qui n’est malheureusement pas encore complètement derrière nous est venue enfoncer le clou : alors que beaucoup craignaient des effets négatifs sur le secteur, particulièrement pendant le premier confinement au printemps 2020, celui-ci a très bien résisté dans son ensemble et continue de le faire. Les agents immobiliers et autres notaires ont été aux premières loges pour assister à une véritable ruée vers les biens tant en vente qu’en location, à tel point que ces derniers ont commencé à manquer un peu partout dans le pays.

Pour le premier thème choisi, nous poserons vos questions à Denis Latour, fondateur du réseau d’agences Latour et Petit.

A vous de jouer…

Premier thème : « L’effet du covid-19 sur l’immobilier ». L’adresse mail pour poser vos questions : lesoirimmo.redaction@lesoir.be.

Sur le même sujet
ImmobilierBelgique
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. La signature de la FGTB est nécessaire pour la conclusion ou la prolongation de certaines conventions collectives permettant l’entrée en vigueur d’une partie de l’accord.

    Accord social: une erreur de calcul plonge la FGTB dans la tourmente

  2. d-20201230-GKL6LR 2020-12-30 21_14_36

    Chems Mabrouck: «Il reste tant de choses à faire pour lutter contre les inégalités»

  3. 10930641-084

    5,9 milliards d’euros pour la Belgique: comprendre le plan de relance en 5 questions

La chronique
  • #visapourlaflandre: «Ce que nous faisons nous-mêmes…»

    Chronique

    Wat we zelf doen, doen we zelf » – Ce que nous faisons nous-mêmes, nous le faisons nous-mêmes : c’était ce week-end le titre de l’éditorial ravageur de la directrice éditoriale du Tijd et de L’Écho, Isabel Albers. Une plume redoutée qui par ces mots, pas immédiatement lisibles pour les francophones, a fait très mal aux dirigeants politiques flamands.

    Que visait Isabel Albers ? La gestion de deux dossiers récents, le corona et le PFOS, qui tire la sonnette d’alarme sur la capacité de gouverner en Flandre. La crise du coronavirus ? « Elle s’est faite dans le chaos et l’incompétence », écrit l’éditorialiste qui cite notamment Marc Noppen, le CEO de l’hôpital UZ de Jette qui dans un livre récent, estime que la lenteur dans la prise de décision, a coûté, en...

    Lire la suite

  • Droits des personnes LGBT+: la lâcheté et l’hypocrisie de l’UEFA

    D’abord ils sont venus chercher les socialistes, puis les syndicalistes, puis les Juifs, et je n’ai rien dit, parce que je n’étais pas socialiste, syndicaliste, juif. » Dans ce poème, le pasteur Martin Niemöller dénonçait la lâcheté des intellectuels allemands lors de l’accession des nazis au pouvoir et des purges qui ont visé leurs ennemis, un groupe après l’autre. Il pourrait s’appliquer mutatis mutandis, à ce qui se passe en Hongrie.

    Ce pays, membre de l’Union européenne, a adopté le...

    Lire la suite