Accueil

Autotests à l’école: les ministres des entités fédérées s’impatientent

La Flandre et la Fédération Wallonie-Bruxelles ont débloqué des budgets conséquents pour acquérir des autotests qu’ils n’ont toujours pas le droit d’utiliser. Caroline Désir (PS) et Jan Jambon (N-VA) réclament des explications.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Politique Temps de lecture: 2 min

Tester dans les écoles, on en parle depuis la première vague mais jusqu’à présent, élèves et professeurs n’ont eu droit qu’à des projets pilotes plus ou moins convaincants. On se souvient qu’avant la « Pause pascale » de trois semaines, il avait été promis que les tests seraient là, à la rentrée. Depuis, les communautés, tant au nord qu’au sud du pays, ont mis en place les marchés publics leur permettant d’acquérir un stock conséquent de kits d’auto-prélèvement. Ils sont là, mais on ne les utilise pas. L’arrêté royal encadrant les autotests prévoit en effet qu’ils ne peuvent être distribués en Belgique que par les pharmacies. Vendre un autotest à une école où aux Régions est même actuellement illégal.

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs