Policier lynché à Bruxelles: «Nous ne sommes plus les bienvenus partout», assure la porte-parole de la zone Bruxelles-Midi

Selon la porte-parole de la zone de police de Bruxelles-Midi, les policiers ne sont plus les bienvenus partout (photo prétexte).
Selon la porte-parole de la zone de police de Bruxelles-Midi, les policiers ne sont plus les bienvenus partout (photo prétexte). - Reuters

Lagression d’un policier de la zone Bruxelles-Midi par un groupe de jeunes lundi n’est pas un cas isolé ces dernières semaines. D’autres actes de violence ont été commis envers des policiers de cette zone, a indiqué jeudi sa porte-parole, Sarah Frederickx, confirmant une information du Nieuwsblad. «Il est clair que, en partie à cause des mesures covid, nous ne sommes plus les bienvenus partout», a-t-elle déclaré. «Nous essayons de travailler là-dessus avec la police de proximité.»

Un policier à moto a été frappé, le 16 avril, alors qu’il contrôlait un motard qui roulait dangereusement, selon le quotidien Het Nieuwsblad. Le policier a été blessé et a souffert d’une fracture du nez.

Le 26 avril et vendredi dernier, des patrouilles de police ont été la cible de projectiles alors qu’elles intervenaient dans le quartier Cureghem et place Lemmens à Anderlecht.

Des procès-verbaux ont été rédigés sur tous ces incidents et des enquêtes sont en cours. «Ils sont vraisemblablement liés à certains phénomènes criminels», a expliqué Sarah Frederickx. «Mais également, nous ne pouvons pas ignorer le fait que la police n’est plus la bienvenue à cause de la verbalisation d’infractions aux mesures covid».

Réflexion

La zone de police Bruxelles-Midi mène une réflexion sur ces récents incidents visant ses agents. Elle souhaite se concentrer sur la police de proximité et la surveillance par caméra. Le conseil de police de la zone a récemment débloqué un budget supplémentaire pour ces deux projets.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous