Accueil Société Régions Bruxelles

Policier lynché à Bruxelles: «Nous ne sommes plus les bienvenus partout», assure la porte-parole de la zone Bruxelles-Midi

Lundi, un policier en civil a été lynché par un groupe de jeunes à Bruxelles, plus précisément dans la commune de Saint-Gilles. Mais selon la porte-parole de la zone de police de Bruxelles-Midi, cela n’est pas un cas isolé.

Temps de lecture: 2 min

Lagression d’un policier de la zone Bruxelles-Midi par un groupe de jeunes lundi n’est pas un cas isolé ces dernières semaines. D’autres actes de violence ont été commis envers des policiers de cette zone, a indiqué jeudi sa porte-parole, Sarah Frederickx, confirmant une information du Nieuwsblad. «Il est clair que, en partie à cause des mesures covid, nous ne sommes plus les bienvenus partout», a-t-elle déclaré. «Nous essayons de travailler là-dessus avec la police de proximité.»

Un policier à moto a été frappé, le 16 avril, alors qu’il contrôlait un motard qui roulait dangereusement, selon le quotidien Het Nieuwsblad. Le policier a été blessé et a souffert d’une fracture du nez.

Le 26 avril et vendredi dernier, des patrouilles de police ont été la cible de projectiles alors qu’elles intervenaient dans le quartier Cureghem et place Lemmens à Anderlecht.

Des procès-verbaux ont été rédigés sur tous ces incidents et des enquêtes sont en cours. «Ils sont vraisemblablement liés à certains phénomènes criminels», a expliqué Sarah Frederickx. «Mais également, nous ne pouvons pas ignorer le fait que la police n’est plus la bienvenue à cause de la verbalisation d’infractions aux mesures covid».

Réflexion

La zone de police Bruxelles-Midi mène une réflexion sur ces récents incidents visant ses agents. Elle souhaite se concentrer sur la police de proximité et la surveillance par caméra. Le conseil de police de la zone a récemment débloqué un budget supplémentaire pour ces deux projets.

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

14 Commentaires

  • Posté par Goovaerts Marie , jeudi 6 mai 2021, 20:15

    La Belgique est pointée du doigt par les Nations Unies pour sa violence policière. L'usage des autopompes ou canons à eaux est interdit dans certains pays démocratiques. La belgique est de bien entendu toujours à la traîne. Honte à ce gouvernement d'incompétents.

  • Posté par Goovaerts Marie , jeudi 6 mai 2021, 20:11

    Normal. On doit s'y attendre après leur déplorable comportement hors proportion. On récolte ce qu'on sème!

  • Posté par massacry olivier, jeudi 6 mai 2021, 22:42

    Normal? Vous croyez vraiment qu'il y un lien entre ce lynchage et la boum? Si c'est le cas, alors il est grand temps d'interdire ne fut-ce qu'une future ébauche d'une boum.

  • Posté par Lison Jacques, jeudi 6 mai 2021, 15:47

    Un jour proche les belges de souche ne seront plus bienvenus en Belgique ...

  • Posté par Baligant André, jeudi 6 mai 2021, 12:53

    La façon dont les médias, le Soir y compris, m'est insupportable! Quand va-t-on sortir de cette approche insipide et enfin pouvoir lire une presse d'opinion qui ose se positionner fermement contre ces agissements inacceptables? Je n'en peut plus d'entendre et lire des relations de ce type d'agression sans qu'il y ait des sous entendus explicites ou pas. Par contre, quand il s'agit de relater les versions relatives aux violences policières avérées ou non, là la presse sort du bois pour manifester des opinons beaucoup plus tranchées.

Plus de commentaires

Aussi en Bruxelles

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

Lesoir Immo Voir les articles de Lesoir Immo