Accord interprofessionnel 2021-2022 - La CSC prend acte et aimerait y voir plus clair

"Il y a beaucoup de questions et peu de réponses. C'est très compliqué à ce stade de faire un travail d'analyse sérieux", estime la secrétaire générale de la CSC, Marie-Hélène Ska. Si la possibilité de négocier une prime unique est offerte, ces négociations prendront-elles place au niveau des entreprises ou des secteurs?, se demande-t-on. Le gouvernement a également invité les partenaires sociaux à poursuivre le travail sur les dossiers des fins de carrière et du salaire minimum, "mais l'on ne parle pas des prépensions", s'étonne Mme Ska, qui se demande également s'il y a une réelle volonté de répondre à la demande syndicale d'une augmentation substantielle du salaire minimum interprofessionnel.

Concernant l'idée d'une prime de 500 euros, Mme Ska souligne que "ce n'est pas rien" et qu'il est "plutôt bien" qu'une cotisation patronale soit prévue. Mais le pourcentage réduit de 16,5%, là aussi, pose question.

"Nos militants sont loin d'être satisfaits", résume pour sa part le président du syndicat chrétien, Marc Leemans.

La CSC réitère en outre son opposition à la loi de 1996 sur la norme salariale, telle que réformée sous le gouvernement Michel, et appelle à sa révision "en profondeur." "Son logiciel de trucage doit disparaître et la norme salariale doit tout au plus être indicative. Il est crucial de pouvoir négocier librement sur les salaires. Si cette liberté de négociation n'est pas rétablie, il y a fort à parier que nous serons à nouveau confrontés à cette même discussion dans deux ans", estime le syndicat. Pour son président, "les travailleurs restent enfermés sur la première bande de circulation et doivent rouler à une vitesse limitée alors que les Tesla et les Ferrari des professions libérales, des indépendants, des spéculateurs et des propriétaires peuvent rouler à pleine vitesse sur la deuxième bande".

La suite des évènements est encore incertaine. La CSC se réunira lundi soir en bureau, mais il est encore trop tôt pour savoir si des actions seront organisées.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
  • Va-t-on construire un Legoland sur l’ancien site de Caterpillar
?

    Charleroi: le site de Caterpillar se cherche un avenir

  • d-20200122-3YF45A 2020-01-22 17:47:41

    Par Marie-Eve Rebts

    Immo

    Charleroi: une lente remontée pour la Ville Basse

  • Opération marketing sur le chantier ZIN: le nouveau béton «cradle to cradle» est coulé en direct et en grande pompe, avec Jean-Philippe Vroninks, le nouveau CEO de Befimmo, en première ligne.

    Par Brigitte De Wolf

    Immo

    Première coulée de béton circulaire

 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous