Accueil Belgique Politique

Theo Francken sanctionné au Parlement

Trois mois de suspension en commission de suivi des missions militaires belges à l’étranger, et une retenue de 20 % sur son indemnité parlementaire pour avoir tweeté une information confidentielle : c’est la sanction, visant l’élu N-VA, annoncée par Eliane Tillieux, présidente de la Chambre. Theo Francken s’indigne.

Journaliste au service Politique Temps de lecture: 4 min

Theo Francken écope de trois mois de suspension en commission de suivi des missions militaires à l’étranger (il est écarté aussi de tout organe de la Chambre où le secret des informations s’applique). De surcroît, il ne pourra être remplacé par un autre élu N-VA comme membre effectif. Il voit son indemnité parlementaire réduite de 20 % durant ce laps de temps.

La sanction (fait rare, faut-il le préciser) est tombée jeudi soir. La présidente de la Chambre, Eliane Tillieux (PS), comme le règlement le prévoit, en a fait état depuis le perchoir, devant l’assemblée réunie en séance plénière. Eliane Tillieux a statué sur la base d’un rapport qui lui avait été transmis il y a une quinzaine de jours par la commission de suivi elle-même, laquelle, saisie par la ministre de la Défense, Ludivine Dedonder (PS), avait examiné le dossier, entendu les protagonistes, et déposé ses conclusions.

Le député, figure de la N-VA, ex-secrétaire d’Etat à l’Asile et la Migration, est ainsi rattrapé par l’un de ses célèbres tweets. En l’occurrence celui par lequel, mi-mars, il avait indiqué-révélé que la Belgique ne participerait pas à l’opération militaire anti-djihadiste Barkhane au Sahel, aux côtés des Français. Une information jugée « confidentielle » par la ministre de la Défense, Ludivine Dedonder (PS), livrée en commission de suivi des missions militaires belges à l’étranger, réunie à huis clos.

« Secret de polichinelle »

La ministre de la Défense avait réclamé des sanctions pour violation de l’obligation de secret. Theo Francken s’était défendu, soutenu par quelques députés de la majorité Vivaldi, dont Denis Ducarme (MR), ceux-là estimant que le tweet incriminé ne livrait aucune information problématique, juste une information à caractère politique. « C’était un secret de polichinelle », avaient-ils soutenu, s’agissant donc du fait que la Belgique ne combattrait pas aux côtés de la France dans le cadre de l’opération Barkhane. Quant à la sanction aujourd’hui : « Cette majorité saisit chaque occasion pour me discréditer, moi et mon parti », a réagi Theo Francken après l’annonce à la Chambre, jeudi soir. « Il s’agit d’un jeu purement politicien, joué par la ministre de la Défense socialiste et la présidente de la Chambre avec le soutien de la majorité, pour me discréditer. Je suis un homme de la Défense. Je dédie mon cœur et mon âme à nos hommes et femmes de la Défense. Je ne penserais jamais à partager des informations qui pourraient mettre en danger leurs opérations ou leur vie ».

Quoi qu’il en soit, la commission de suivi a jugé que le député N-VA avait bien violé le secret des informations confidentielles. La présidente de la Chambre a statué sur cette base, sanctionnant Theo Francken. Une sanction qui eût pu être plus lourde, jusqu’à l’exclusion de la commission pour la législature entière. On a tenu compte, explique-t-on au Parlement, d’un « principe de proportionnalité », ce qui a permis de recadrer quelque peu les faits et leur gravité.

Théo Francken a réagi jeudi soir à cette sanction. « Cette majorité saisit chaque occasion pour me discréditer, moi et mon parti. Après les applaudissements hallucinants de la présidente de la Chambre, Eliane Tillieux (PS), m’accusant de sexisme, je suis désormais accusé de partager des informations secrètes. Vous ne pouvez pas tronquer plus fortement la vérité. »

Selon lui, « il s’agit d’un jeu purement politicien, joué par la ministre de la Défense socialiste (Ludivine Dedonder, ndlr) et la présidente de la Chambre avec le soutien de la majorité, pour me discréditer. La ministre ne peut manifestement pas faire face à notre forte opposition de fond au sein de la commission de la Défense. Le fait qu’elle ait divulgué sa plainte à la presse avant que moi ou le président du comité n’en soyons informés en dit suffisamment sur ses véritables motivations ».

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

19 Commentaires

  • Posté par Thijs alain, vendredi 7 mai 2021, 17:31

    Article mal ecrit

  • Posté par Corbiaux Thierry, vendredi 7 mai 2021, 7:11

    S'il avait été socialiste on n'aurait rien fait.

  • Posté par Debaix Marie-jeanne , vendredi 7 mai 2021, 9:36

    Et encore moins s'i avait été socialiste et condamné en justice !

  • Posté par Petitjean Marie-rose, vendredi 7 mai 2021, 8:22

    Marcel et Thierry, vous faites là un procès d'intention tout à fait gratuit.

  • Posté par Legarou Marcel, vendredi 7 mai 2021, 8:03

    Je dirai surtout : s'il n'avait pas été N-VA

Plus de commentaires

Aussi en Politique

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs