Tricherie antipollution - Première condamnation de Volkswagen en France

Selon Me Charles Constantin-Vallet, "cette première victime ayant décidé dès 2016 de saisir la justice civile a obtenu, en fonction de sa situation personnelle (notamment l'âge et le kilométrage du véhicule), en plus du remboursement de ses frais d'avocats, 4.000 euros d'indemnisation, correspondant environ à 15% du prix d'achat de son Tiguan TDI 140".

Cet arrêt du 27 avril représente "l'unique condamnation française à ce jour ainsi que la première juridiction d'appel à statuer sur la responsabilité de Volkswagen", a ajouté l'avocat dans un communiqué, estimant que cela devrait "faire jurisprudence et permettre à l'ensemble des victimes concernées de faire valoir leurs droits".

L'affaire du Dieselgate avait éclaté en septembre 2015, révélant le trucage de millions de moteurs diesel des marques VW et Audi notamment, pour les faire apparaître moins polluants qu'ils ne l'étaient en réalité.

Sollicité par l'AFP, Volkswagen group France a estimé que le jugement de la cour d'appel de Pau était "une décision isolée et unique et dont la motivation est contestable". L'entreprise a en conséquence indiqué examiner "l'opportunité de former un pourvoi à l'encontre de cet arrêt qui n'est, selon elle, à ce jour aucunement définitif".

"Les tribunaux français ont d'ailleurs régulièrement rejeté depuis cinq ans les actions en justice formées contre Volkswagen", fait-elle valoir.

Me Charles Constantin-Vallet envisage, pour sa part, de "mettre prochainement en place une action judiciaire conjointe permettant à tous les consommateurs qui le souhaitent d'agir en vue de leur indemnisation". Selon lui, "plus de 950.00 véhicules sont concernés par cette fraude" en France.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous