Accueil Société

L’appel de Marius Gilbert et Yves Coppieters avant le Comité de concertation: «Il est temps, et plus que temps»

Le prochain Comité de concertation se tiendra mardi.

Temps de lecture: 1 min

Sur Twitter, Marius Gilbert, épidémiologiste à l’ULB, et Yves Coppieters, épidémiologiste et professeur de santé publique à l’ULB, ont partagé l’importance de rouvrir la culture. « Certains le disent déjà depuis plusieurs semaines... Il est temps et plus que temps de rouvrir la culture », a exprimé Yves Coppieters. Son confrère affirme également, qu’il est « parfaitement possible, dès maintenant, d’organiser des événements culturels sûrs qui ne compromettent pas le déconfinement en cours ».

L’éventuelle levée de l’interdiction des compétitions sportives pour amateurs sera sur la table du comité de concertation convoqué mardi prochain, a indiqué le Premier ministre Alexander De Croo jeudi à la Chambre.

A partir de ce 8 mai, soit samedi prochain, il sera de nouveau autorisé de s’entraîner en plein air par groupes de 25. Mais les compétitions de sport amateur resteront interdites, a observé la députée Open Vld Marianne Verhaert.

Cette situation sera discutée en comité de concertation mardi prochain, a répondu Alexander De Croo. «Le comité de concertation examinera en effet mardi si cette interdiction des compétitions doit être levée. Je suis convaincu que nous pouvons trouver un moyen pour qu’elles se déroulent en toute sécurité.»

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

15 Commentaires

  • Posté par Linard Bernard, samedi 8 mai 2021, 17:50

    Bonsoir, On n'en finit plus de dialoguer sagement. Nos élus sont confortablement installés Que fait le parlement, que font nos élus, se déchirer sur des des brins de paille. La situation est difficile mais on en a marre de votre pouvoir.

  • Posté par Mourmaux Jean-François , samedi 8 mai 2021, 0:33

    « Rouvrir la culture » , cela ne veut rien dire. On parle de quoi ? Des fruits et légumes ? C’est le secteur culturel qu’il faut rouvrir, afin que les personnes en vivent puissent travailler normalement. Parce que c’est plus qu’essentiel, pour elles. C’est vital.

  • Posté par Det Ben, vendredi 7 mai 2021, 18:36

    Aucune étude sérieuse sur la sécurité dans les salles de spectacle. Avancer à l aveugle avec ce virus est tout sauf malin. Les « protocoles » sont des châteaux de paille. Yves Coppieters disait en janvier que tout était sous contrôle et si on pouvait ouvrir la culture et ce jusqu’au 13 mars. Tient donc les chiffres sont mauvais. Il y aune semaine il dit que bien sûr il faut attendre les résultats de études sérieuses et notre girouette revient à la charge en se contredisant encore en demandant d ouvrir la culture parce qu il est temps? Sans attendre les études sérieuses. Je connais bien les salles de cinéma. Allez y. Ce sera sans moi. Ne vous plaignez pas si ça tourne mal. Avancer à l aveugle. Je suis déçu de Marius Gilbert.

  • Posté par Raspe Eric, samedi 8 mai 2021, 14:09

    Pourquoi avance-t-on à l'aveugle. Parce que dès le début, une série d'opportunistes qui ont capitulés pour vendre nos données privées aux firmes qui sont aux mains des trois personnes les plus riches de la planète pour que celles-ci deviennent encore plus riches, se sont imaginés intelligents en mettant en avant une menace en grande partie imaginaire de contrôle dictatorial à la Big Brother pour instaurer un tabou absolu à l'utilisation des données de nos objets connectés. Ceux-ci sont des instruments de mesure objectifs et extrêmement fiables de la dynamique de nos contacts qui déterminent la propagation du virus. En empêchant sans discussion possible l'utilisation de ces données, les autorités sont rendues totalement aveugles à l'évolution de l'épidémie. Les mesures sanitaires sont donc prises à tâtons sans possibilité de vérifier précisément leur impact. Pour qu'une situation à la Big Brother soit possible, il faut une police de la pensée en effectif suffisant, donc un budget conséquent et la volonté politique de le dégager. L'état famélique de nos forces de l'ordre rend improbable cette éventualité et démontre l'absence de volonté politique d'y arriver. Néanmoins, le droit au respect de la vie privée est aussi important que le droit à la santé. Il faut donc que la collecte des données et leur utilisation soit conforme à notre constitution et au respect de nos droits et libertés. C'est tout à fait possible. Encore faut-il en avoir la volonté et mettre autour de la table scientifiques pour dire quelles données sont nécessaires et à quel degré doivent-elles être nominatives, philosophes/moraliste pour nous éclairer sur les poids relatifs des valeurs, droits et libertés dans notre société, juristes pour identifier les outils juridiques existants utiles dans ce contexte et au besoin en créer de nouveaux et enfin les politiques pour fixer les arbitrages et établir le cadre légal. Ces talibans de la vie privée, en imposant leur tabou absolu, ont contribué à alourdir le bilan de l'épidémie et on ainsi nié le droit à la santé d'une partie d'entre nous. Détail piquant : ceux qui au MR demandent des évidences scientifiques pour valider l'utilité des mesures sont aussi ceux qui se sont le plus férocement opposés à l'utilisation des données de téléphonie. Peut être que la véritable raison n'était pas de protéger notre vie privée mais d'éviter d'observer que certaines activités économiques n'étaient en fait pas sûres du tout.

  • Posté par Termam Alexis, vendredi 7 mai 2021, 22:39

    Personne n'est capable aujourd'hui d'assurer quoi que ce soit. Il faudra attendre 10 à 20 ans pour faire un bilan crédible. En attendant, on improvise comme en temps de guerre.

Plus de commentaires

Aussi en Société

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

Geeko Voir les articles de Geeko