Accueil Belgique Politique

Marc Van Ranst au «Soir»: «Mon boulot, ce n’est pas si difficile. Travailler à la mine, ça, c’est difficile»

Incarnation de l’expertise depuis le début de la crise sanitaire, le virologue de la KULeuven assure que les nombreuses critiques glissent sur sa carapace. Elle se fend toutefois dès que l’on commence à parler racisme ou injustice, ses autres grands combats.

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 7 min

Quand on pense au coronavirus en Belgique, on pense à Marc Van Ranst. Le virologue de la KULeuven est devenu le visage de la gestion de la crise sanitaire, dès le début de l’année 2020. Alors que la majorité de ses collègues estimaient que les cas chinois pourraient être circonscrits, lui envisageait déjà l’avenir pandémique du SARS-CoV2. De lanceur d’alerte, il est passé expert de premier rang aux côtés des décideurs politiques. Un poste qu’il a déjà occupé par le passé, lors de l’épidémie de SARS-CoV1 ou de la grippe mexicaine. Ses appels à la prudence, parfois vus comme trop alarmistes, n’ont pas toujours été appréciés. Van Ranst a même fini par braquer une partie des politiques qu’il était censé conseiller. Carrément traité de « Cassandre » par le président du MR, le quinquagénaire n’a rien lâché, sachant qu’à la fin, il aurait raison. Son aisance dans l’arène politico-médiatique en a aussi fait la cible préférée de ceux qui crient à la manipulation, voire au complot.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

136 Commentaires

  • Posté par Neyens Christian, jeudi 13 mai 2021, 6:58

    Ce reportage a le don de remettre les " pendules à l'heure". On y redécouvre ce scientifique. Sans un tel CV certains devraient être plus cool .

  • Posté par Neyens Christian, jeudi 13 mai 2021, 6:58

    Ce reportage a le don de remettre les " pendules à l'heure". On y redécouvre ce scientifique. Sans un tel CV certains devraient être plus cool .

  • Posté par Smyers Jean-pierre, mardi 11 mai 2021, 22:53

    Tant va la cruche à l'eau, qu'à la fin elle se brise; tant va Steemans à l'assaut, qu'à la fin il nous les brise.

  • Posté par Steemans Philippe, mardi 11 mai 2021, 19:57

    7sur7: Marc Van Ranst change de discours sur les coiffeurs Marc Van Ranst était formel la semaine dernière: les métiers de contact ne pourront pas reprendre le 13 février, affirmait-il alors, irritant au passage quelques personnalités politiques, dont un certain Georges-Louis Bouchez. De l'eau a manifestement coulé sous les ponts puisqu’à présent, le virologue estime que la réouverture des salons de coiffure apparaît comme essentielle. “Ce serait un assouplissement mineur”, nuance-t-il dans le HLN Live.

  • Posté par massacry olivier, mardi 11 mai 2021, 21:20

    oui, et bardaf, un mois plus tard ce qui n'était qu'une vaguelette devient une troisième vague, les hospitalisations doublant, le 26 mars les métiers de contacts refermaient. A ce moment là plus un commentaire du petit GLB...

Plus de commentaires

Aussi en Politique

Ypres: l’extrême droite privée de «Frontnacht» après des semaines d’hésitation

Le conseil communal d’Ypres a tranché : le festival de musique Frontnacht, présenté comme simplement « identitaire » par ses organisateurs, ne pourra pas avoir lieu en marge de l’IJzerwake, dissidence « ultra » du pèlerinage de l’Yser. Les liens entre plusieurs groupes invités et la mouvance néonazie sont désormais trop manifestes pour être ignorés.

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs