Sur Mars, le son du vol d’Ingenuity enregistré pour la première fois (vidéo)

Sur Mars, le son du vol d’Ingenuity enregistré pour la première fois (vidéo)

La Nasa a rendu public pour la première fois vendredi un enregistrement du son des pales de l’hélicoptère Ingenuity volant dans l’air raréfié de Mars, pris par le rover Perseverance.

L’agence spatiale américaine a diffusé sur son compte Twitter de nouvelles images prises par le robot à six roues du vol d’Ingenuity le 30 avril, cette fois accompagnées du son.

La vidéo, de près de trois minutes, débute par le vent qui souffle sur le cratère Jezero, où Perseverance a atterri le 18 février avec pour mission de chercher des traces de vie ancienne.

Ingenuity s’envole alors, et on entend le bruit sourd de ses pales qui tournent à près de 2.400 tours par minutes pour un aller-retour de 260 mètres au total.

Les ingénieurs de la Nasa ignoraient si le son pouvait être enregistré, Perseverance étant à environ 80 mètres du lieu de décollage et d’atterrissage.

L’atmosphère martienne, composée à 96 % de dioxyde de carbone, est d’une densité équivalente à seulement 1 % celle de la Terre, ce qui rend les bruits beaucoup plus sourds.

« C’est une très bonne surprise », a salué David Mimoun, professeur en systèmes spatiaux et science planétaire à l’Institut supérieur de l’aéronautique et de l’espace (ISAE-SUPAERO) de Toulouse, dans le sud-ouest de la France.

« Nous avions fait des tests et des simulations qui nous faisaient penser que le micro pourrait à peine entendre le son de l’hélicoptère, parce que l’atmosphère de Mars limite la propagation du son », a-t-il expliqué.

Perseverance dispose d’une SuperCam qui analyse par laser des roches pour aider à déterminer la composition chimique et minéralogique de la surface de la planète rouge.

Cet instrument dispose d’un microphone qui enregistre le son du laser quand il frappe ses cibles, qui ressemble à celui d’un cliquetis, donnant des éléments supplémentaires tels que leur dureté.

L’enregistrement du vol d’Ingenuity « est une mine d’or pour comprendre l’atmosphère martienne », a souligné David Mimoun.

La Nasa a facilité l’écoute du vol, enregistré en mono, en isolant les bruits à 84 hertz, puis en réduisant les sons en dessous de 80 et au-dessus de 90 hertz, et en augmentant le volume des sons entre ces deux fréquences.

Pour Soren Madsen, directeur du développement de Perseverance au laboratoire de propulsion de la Nasa, cet enregistrement est un exemple de la complémentarité des instruments envoyées sur Mars.

La Supercam, en partie conçue par des ingénieurs français, avait diffusé un premier enregistrement de vents martiens peu après l’atterrissage.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous