Accueil Monde France

AstraZeneca: 2 nouveaux cas de thromboses, dont un décès, en France

Dans près d’un tiers des cas recensés, ces cas de thromboses surviennent chez des patients ayant des antécédents de pathologies pancréatiques ou biliaires.

Temps de lecture: 2 min

Deux nouveaux cas de thromboses (caillots) atypiques, dont un décès, associés au vaccin contre le Covid-19 d’AstraZeneca, sont survenus en France entre le 23 avril et le 29 avril, selon les autorités sanitaires vendredi.

Depuis le début de la vaccination avec ce vaccin, ce sont « 30 cas, dont 9 décès au total » de thromboses rares qui sont survenus en France, sur plus de 3.855.000 injections réalisées au 29 avril, selon l’Agence française du médicament (ANSM).

Ces deux nouveaux cas concernent des femmes sexagénaire et septuagénaire, qui ont fait des thromboses veineuses cérébrales dont un cas avec une thrombopénie (déficit en plaquettes sanguines, ndlr) associée, précise-t-elle.

Depuis le 19 mars 2021, l’utilisation du vaccin Vaxzevria d’AstraZeneca est réservée aux personnes de 55 ans et plus, rappelle l’agence sanitaire.

Par ailleurs, concernant le vaccin de Pfizer/BioNTech (Comirnaty) sur la période allant du 16 avril au 29 avril, l’ANSM fait état de deux « signaux potentiels ».

« Suite à la déclaration de 6 nouveaux cas de pancréatite aiguë, dont un décès » sur cette période, l’ensemble des cas déclarés depuis le début de la vaccination a été passé en revue.

L’analyse des 15 cas graves (14 cas d’évolution favorable et 1 décès) de pancréatites aiguës rapportés au total montre que dans près d’un tiers des cas, ils surviennent chez des patients ayant des antécédents de pathologies pancréatiques ou biliaires.

Ces évènements constituent un « signal potentiel » qui seront partagés au niveau européen, indique l’ANSM.

Parmi les effets déjà sous surveillance, « l’analyse de deux nouveaux cas de syndrome de Guillain Barré (une atteinte neurologique, aussi appelé polyradiculonévrite aiguë, ndlr), portant le total à 7 cas depuis le début de la vaccination, » confirme que cet effet indésirable rare constitue un signal potentiel «, ajoute-t-elle.

Le rapport bénéfice/risque du vaccin n’est pas remis en cause.

Au total, plus de 15.813.000 injections ont été réalisées au 29 avril, avec ce vaccin des laboratoires américain et allemand Pfizer/BioNTech.

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

6 Commentaires

  • Posté par Raspe Eric, dimanche 9 mai 2021, 17:33

    Même s'ils sont extrêmement rares eux aussi, l'article mentionne des évènements de sécurité observés (des pancréatites dont une mortelle) après administration du vaccin Pfizer. A ces observations doivent s'ajouter des cas de myocardites. Prétendre que le vaccin Pfizer est totalement sûr contrairement au vaccin AstraZeneca est donc totalement faux. Je ne veux pas être dans la peu des responsables danois. S'il veulent être cohérents, il doivent interdire toute vaccination y compris avec le Pfizer. Cela illustre le danger d'arrêter la vaccination sur base d'un nombre de complications ridiculement faible. De plus, le vaccin Pfizer semble incapable d'induire une immunité à mémoire. Une troisième dose et des rappels annuels seront vraisemblablement nécessaires. L'avenir nous dira si les vaccins AstraZeneca et J&J ne permettront pas d'atteindre une immunité à long terme qui rendrait inutile les rappels ou les injections complémentaires. Dans ce cas, ce nombre réduit d'exposition au risque de complication compenserait la probabilité objectivement légèrement plus grande de ces complications avec ces vaccins à adénovirus. Proscrire ou abandonner leur utilisation en ne renouvelant pas les commandes (même si cela se justifie par le manque de fiabilité des livraisons) n'est peut être pas une idée lumineuse.

  • Posté par Esser Olivier, lundi 10 mai 2021, 16:52

    Il n'y aura pas d'immunité collective: https://www.nytimes.com/live/2021/05/09/world/covid-vaccine-coronavirus-cases

  • Posté par RC Peeters, samedi 8 mai 2021, 13:17

    La protéine de pointe du nouveau coronavirus joue un rôle clé supplémentaire dans la maladie Les chercheurs et collaborateurs de Salk montrent comment la protéine endommage les cellules, confirmant que le COVID-19 est une maladie principalement vasculaire. L'article, publié le 30 avril 2021 dans Circulation Research , montre également de manière concluante que le COVID-19 est une maladie vasculaire, démontrant exactement comment le virus SRAS-CoV-2 endommage et attaque le système vasculaire au niveau cellulaire. Les résultats aident à expliquer la grande variété de complications apparemment non liées du COVID-19 et pourraient ouvrir la porte à de nouvelles recherches sur des thérapies plus efficaces. Pensez-vous que c'est une bonne idée de contourner les premières (défenses) de votre système immunitaire, ...et d'injecter... des millions de protéines de pointe dans vos cellules compte tenu des informations qui viennent d'être publiées par le Salk Institute ? Et c'est aussi pourquoi, ceux qui se vaccinent deviennent CONTAMINANTS pour les autres en les rendant malades de toutes sorte de maladies car Les cellules endothéliales vasculaires tapissent l'ensemble du système circulatoire, du cœur aux plus petits capillaires ! https://www.salk.edu/news-release/the-novel-coronavirus-spike-protein-plays-additional-key-role-in-illness/

  • Posté par Raspe Eric, dimanche 9 mai 2021, 17:19

    Le manipulateur peeters admet enfin que la covid tue et que la protéine S joue un rôle dans cette toxicité. Il oublie de dire que les cellules endothéliales sont elles mêmes infectées par le virus et que leur fonction s'en trouve altérée par l'activité du virus entier. Les vaccins nous permettent de produire cette protéine S. Le risque d'effet secondaire mortel par la vaccination est d'un sur un million pour le vaccin AstraZeneca. On s'attend au maximum à 11 décès suite à la vaccination. C'est 100 fois moins que les décès enregistrés en Belgique dans la tranche d'âge 18-44 ans suite à la maladie et plus de 2000 fois moins que le nombre de morts dans la population globale. Ce rapport indique que la protéine S n'est certainement pas la seule à être impliquée dans la mortalité due au virus. Son utilisation pour la vaccination est donc pertinente et suffisamment sûre. Enfin, l'évolution de l'épidémie suite au succès de la campagne de vaccination DEMONTRE que la vaccination ne rend pas les personnes vaccinées contaminantes. Encore un délire de cette merde de peeters. Sa place : la fosse d'aisance.

  • Posté par Eygalieres Benjamin, vendredi 7 mai 2021, 20:45

    et 106101 décès dus au covid

Plus de commentaires

Aussi en France

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une