Accueil Monde Union européenne

Vaccins: l’Union européenne conclut un nouveau contrat avec BioNTech/Pfizer pour 1,8 milliard de doses

Les livraisons sont prévues jusqu’en 2023.

Temps de lecture: 2 min

La Commission européenne a conclu un nouvel accord avec les firmes Biontech/Pfizer pour acheter jusqu’à 1,8 milliard de doses supplémentaires de leur vaccin contre le coronavirus au cours des prochaines années. C’est ce qu’a annoncé samedi la présidente de l’exécutif européen, Ursula von der Leyen.

Heureuse d’annoncer que la Commission vient d’approuver un contrat pour 900 millions de doses fermes (+900 millions en option) avec BioNTech et Pfizer », a tweeté Mme von der Leyen.

« D’autres contrats et d’autres technologies de vaccins suivront », a-t-elle ajouté.

Le contrat avec les laboratoires allemand et américain, alliés dans la production de vaccins anti-Covid, prévoient des livraisons dès cette année et jusqu’en 2023.

Ces nouvelles doses permettront notamment de protéger la population contre les nouveaux variants du coronavirus, mais aussi de vacciner les enfants et adolescents.

« La vaccination progresse bien » en Europe, « maintenant nous préparons la nouvelle étape de notre réponse » à la pandémie, a expliqué la cheffe de l’exécutif européen.

Le contrat annoncé samedi est le troisième conclu entre l’UE et l’alliance germano-américaine.

La Commission, qui négocie au nom des Vingt-Sept, avait signé un premier contrat en novembre avec BioNTech et Pfizer pour un total de 300 millions de doses (y compris une option pour 100 millions).

Bruxelles avait conclu un second contrat le 8 janvier, également pour 300 millions de doses (dont 100 millions en option).

Des vaccins à ARN messager

Au total, l’UE a reçu au premier trimestre 67 millions de doses du vaccin BioNTech-Pfizer, et en attend 250 millions au cours du deuxième trimestre. Quelque 280 millions de doses devraient suivre sur la seconde moitié de l’année.

L’UE mise désormais ouvertement sur les vaccins dits à ARN messager, comme ceux de BionTech-Pfizer et de l’américain Moderna, une technologie innovante jugée plus efficace contre les variants dits « sud-africain » et « brésilien ».

Le vaccin d’AstraZeneca qui utilise une technologie plus traditionnelle, a, lui, pâti de très forts retards de livraison qui ont poussé l’UE a introduire une action en justice contre le laboratoire suédo-britannique. De rares cas de thrombose associés à son inoculation ont par ailleurs amené à en restreindre l’usage.

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

6 Commentaires

  • Posté par Staquet Jean-Marie, samedi 8 mai 2021, 14:59

    Etre client Pfizer va-t-il devenir un critère d'évaluation de l'Etat de droit?

  • Posté par De Groote Yves, dimanche 9 mai 2021, 11:20

    Je ne vous parle pas d' "Etat de droit" , je dis simplement qu'il n'y a aucune raison de ne pas donner le meilleur vaccin à tous.

  • Posté par De Groote Yves, samedi 8 mai 2021, 14:51

    Il n'y a donc plus aucun obstacle pour vacciner équitablement toute la population avec Biontech/Pfizer, même en deuxième dose après Astrazeneca. Moins d'effets secondaires, plus d'efficacité et une protection contre les variants, tout le monde y a droit!

  • Posté par Ask Just, samedi 8 mai 2021, 14:30

    Vacciner les enfants et adolescents ? Qui a décidé cela ? La commission n’a pas autorité en la matière. Que les adultes se protègent et se vaccinent, mais qu’on ne vienne pas emmerder encore les jeunes et les enfants qui sont décidément la chair à canon de cette crise de nations vieillissantes. Ce virus va continuer à circuler, qu’on le veuille ou non, et penser à utiliser les jeunes pour pallier à la réticence vaccinale des adultes, c’est limite dégueulasse

  • Posté par Smyers Jean-pierre, dimanche 9 mai 2021, 16:26

    Bon, maintenant je vois autour de moi de plus en plus de jeunes qui se chopent le virus, et parfois avec des conséquences graves (Covid long et autres séquelles). Il est clair que nous, vaccinés, on pourrait s'en foutre, puisque nous ne risquons quasi plus rien. Mais je ne peux m'empêcher d'être un être humain, et de ne pas arrêter ma réflexion à ma petite personne. J'aimerais qu'ils soient protégés aussi.

Plus de commentaires

Aussi en Union Européenne

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une