Les experts mettent en garde contre une vague aux proportions «indiennes» en Afrique

Les experts mettent en garde contre une vague aux proportions «indiennes» en Afrique
AFP

En Afrique, des fonctionnaires de santé mettent en garde samedi contre une vague de contaminations qui pourrait frapper le continent, semblable à celle qui frappe actuellement l’Inde.

Par rapport à l’Europe et aux autres continents, l’Afrique a connu jusqu’à présent moins d’infections et de décès, mais cela pourrait changer avec l’émergence de variants et une faible couverture vaccinale, a averti le directeur John Nkengasong des Centres africains de prévention et de contrôle des maladies, lors d’une réunion en ligne des ministres de la santé de l’Union africaine.

Dans les douze mois qui ont suivi les premières infections à coronavirus en Afrique, 52 des 54 pays ont connu une deuxième vague de contaminations. Cette deuxième vague fut pire que la première dans la plupart des pays. Treize pays ont également enregistré un troisième pic.

Les épidémiologistes craignent qu’une tendance à la hausse dans certaines régions ne provoque un autre pic. En Afrique centrale, le nombre de contaminations a augmenté de 64% le mois dernier, dans le sud de 4%. Dans le nord de l’Afrique, une augmentation de 0,2% a été observée.

John Nkengasong voit des similitudes avec l’Inde, où le nombre de décès par jour est passé d’un millier en septembre 2020 à seulement 150 en mars 2021. Actuellement, jusqu’à 3.700 personnes meurent chaque jour en Inde atteintes du coronavirus. «C’est étonnamment similaire à ce que le continent dans son ensemble, un continent à peu près de la même taille de population que l’Inde, enregistre», a-t-il déclaré.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous