Accueil Société Enseignement

Une génération sacrifiée à cause du covid? «Faux, c’est un discours dangereux et délétère pour l’ado qui entend cela…»

250.000 élèves de secondaire ont repris, tous ensemble, le chemin de l’école. Pendant sept semaines, ils alterneront cours et évaluations à temps plein. Entretien avec Bruno Humbeeck, psychopédagogue et chargé de recherche à l’UMons.

Article réservé aux abonnés
Chef du service Société Temps de lecture: 6 min

Rentrée des classes, ter… Pour la troisième fois cette année, l’école vivra l’effervescence d’une rentrée des classes hors norme. Cette fois, ce sont les élèves de la troisième à la septième secondaire qui reprennent une vie scolaire presque normale. Pour mémoire, à l’inverse de leurs camarades du premier degré et de l’enseignement fondamental, les plus grands alternent cours en distanciel et cours en présentiel depuis mi-novembre 2020. Avec ce que cela suppose comme déficits relationnels, comme retards d’apprentissages, comme destructuration du quotidien… Lundi, ce sera école presque normale, en principe jusque fin juin. « Presque » parce que les masques, gels, prises de distances et autres désinfections obligatoires resteront de la partie. Bruno Humbeeck, psychopédagogue et chargé de recherche à l’UMons, balise, pour Le Soir, les principaux enjeux de ce retour en classe par temps de covid.

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

12 Commentaires

  • Posté par Marlier Jacques, lundi 10 mai 2021, 18:42

    Il faut effectivement évaluer sereinement, et corriger l'an prochain ce qui reste à améliorer, auquel cas les jeunes n'auront pas été "sacrifiés".

  • Posté par philippe kupper, lundi 10 mai 2021, 17:20

    J'ai toujours dit que les psychiatres , psycho-machins , .. étaient leur propre client ! Quand je lis " La période que l’on traverse peut être considérée comme très riche si on prend effectivement le temps de se concerter avec les élèves et de leur permettre de faire le bilan de ce qu’ils ont appris au sein de l’école et en dehors. Je pense que cette génération est en passe d’apprendre beaucoup plus que les précédentes car elle a vécu des choses inédites." Alors là je me dis qu'il a un grave problème et devrait d'urgence se consulter lui-même !!!

  • Posté par Debrabander Jean, lundi 10 mai 2021, 16:59

    Pourrait-on dire qui a inventé cette expression débile "génération sacrifiée" et qui en a fait des manchettes de journaux ? Mais bien sûr, la pandémie a été difficile à vivre pour les jeunes ... et pour les autres !

  • Posté par Blauwet Xavier, lundi 10 mai 2021, 12:46

    Une génération sacrifiée, c'est un peu trop fort comme citation. Si je compare ce que mes grand-parents ont vécu à leur âge en 40-45 : à savoir ne pas être certain de manger chaque jour et entendre les sirènes pour se planquer dans la cave. On est très très loin de ça mes petits chéris d'adolescents.

  • Posté par Ask Just, lundi 10 mai 2021, 15:55

    @bx: les boomers sont très très mal placés pour parler de la dureté de la vie. Le fait d’être les fils et filles de ceux qui ont vécu 40 45 ne leur confère aucune des qualités de leurs parents, que je sache

Plus de commentaires

Aussi en Enseignement

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs