Accueil Société

Bruxelles: une tarification de l’eau arbitraire et peu écologique

Plus de quinze ans après l’instauration de la tarification progressive de l’eau en Région de Bruxelles-Capitale, une étude révèle que ce prix croissant en fonction du volume d’eau consommé par personne n’est en réalité ni social, ni écologique.

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 5 min

Une fuite dans les canalisations, une réparation que le propriétaire refuse de prendre à sa charge, un locataire incapable de se retourner contre le propriétaire… Avec le mode de tarification actuel de l’eau à Bruxelles, ce genre de situations peut engendrer des factures s’élevant à plusieurs milliers d’euros et des personnes à petits revenus dans l’incapacité de les payer, souligne l’économiste Xavier May. En cause ? Un prix 2,5 fois plus élevé que le prix normal de l’eau pour ceux qui en consomment davantage.

Or, le prix de l’eau le plus équitable est simplement un prix identique pour tous quels que soient le volume d’eau consommé et la composition du ménage qui le consomme, d’après l’étude de Brussels Studies publiée ce lundi et intitulée « Pourquoi ne pas en finir avec la tarification progressive de l’eau à Bruxelles ? »

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

8 Commentaires

  • Posté par Hauwaert Willy, mardi 11 mai 2021, 17:35

    A Bruxelles, c'est par la facture de consommation d'eau que l'on paie le réseau des égouts que la plupart des communes ont laissé pourrir. Par ailleurs, qui paie l'eau bien potable avec laquelle, généreusement, 'on disperse' les 'manifestants' ? Qui paie l'eau qui s'écoule à grands flots à chaque rupture de canalisation ?...

  • Posté par Anagnostaras Dimitri, lundi 10 mai 2021, 12:05

    Plus le fait que si votre copine passe la plupart de son temps chez vous, vous avez une surconsommation d'eau qui ne rentre dans aucune case. A trop vouloir segmenter on passe à coter de toutes les situation non-standards à la place d'une simple tarification linéaire.

  • Posté par de Roissart Philippe, lundi 10 mai 2021, 11:04

    Ne renonçons pas aux principes en raisons des difficultés qu'ils nous imposent : généraliser les compteurs individuels (et bien entendu lutter contre les fuites) n'est pas la mer à boire (!) Cela permet de faire payer plus cher l'eau consommée en grande quantité/habitant, c'est un incitant à l'économie (indispensable dans le contexte de la raréfaction des ressources, plus encore demain). Et cela vient en soutien aux personnes qui se limitent à une consommation vitale, ce qui est social.

  • Posté par Eguiagaray Jose, lundi 10 mai 2021, 10:52

    Excusez-moi… "démuni.e.s"? Vous vous pliez vraiment à la folie de l’écriture dite inclusive? Vous voulez vraiment aller à l’encontre du bon sens, de la grammaire et de l’alphabétisation avec un interventionnisme idéologique de la langue écrite qui n’a rendu aucun résultat probant vis-à-vis de l’égalité hommes-femmes, combat qui se joue dans l’éducation, l’argumentation raisonnée et le respect pour la personne (tiens, un féminin où on ne s’y attend pas!) humaine?

  • Posté par De Ronde Michel, lundi 10 mai 2021, 10:40

    Au nom d’une saine relation commerciale, ne pourrait-on pas instaurer un tarif dégressif pour les bons clients grands consommateurs d’eau ? Ne pourrait-on pas dégraisser les intercommunales des eaux afin de financer ces "ristournes" ?

Plus de commentaires

Aussi en Société

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs