Accueil Société

Coronavirus: le Comité de concertation, un mal nécessaire qui se cherche un successeur

Ce mardi se tient un nouveau « Codeco », qui succède à plusieurs dizaines d’autres, suivi d’une conférence de presse. Les membres reconnaissent eux-mêmes la lourdeur du processus. Et la réflexion a commencé pour lui trouver un successeur quand il ne devra plus gérer l’urgence.

Article réservé aux abonnés
Chef du service Politique Temps de lecture: 7 min

Le Comité de concertation, c’est comme la voiture familiale : tout le monde préférerait conduire une petite sportive, mais c’est le seul véhicule dans lequel on peut faire rentrer toute la famille. » A la veille du vingt-huitième « Codeco » avec conférence de presse, voici joliment esquissée la perception d’un membre régulier de ce cénacle, qui réunit le fédéral, les Régions et les Communautés et est chargé de prendre des décisions coordonnées pour gérer la crise sanitaire.

Depuis le début de la pandémie il y a un peu plus d’un an, un rituel s’est installé, au Conseil national de sécurité, puis au sein de son successeur, le Comité de concertation. Tout commence par l’annonce d’une date où de nouvelles décisions, de restriction ou d’assouplissement, seront prises, annonce qui enclenche des joutes politiques plus ou moins courtoises où chaque parti émet ses prétentions.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

3 Commentaires

  • Posté par Moriaux Raymond, lundi 10 mai 2021, 11:33

    Il existe en principe un commissariat "corona" pour organiser la collaboration fédéral-fédéré. C'est là qu'une floppée de décisions pratico-pratiques doivent être prises. Et c'est au niveau des administration fédérales et fédérées qu'elles doivent être mises en œuvre. Le politique ne devrait rester actif que pour dessiner les grandes orientations. Tout ce dispositif existe, pas besoin d'aller en inventer encore d'autres. Mais les impératifs de la visibilité en politique viennent mettre tout ça à mal. Tous les ministres, même ceux qui n'ont en fait rien à dire pour cause de non-compétence, sont incapables de "rester dans l'ombre" de leurs propres administrations. Ils se plaignent aujourd'hui de devoir eux-mêmes répondre à tout (genre plexi) mais c'est entièrement de leur faute.

  • Posté par DOMINIQUE SCHOLLAERT, lundi 10 mai 2021, 9:00

    8 mai 2020...79 nouvelles hospitalisations ; 8 mai 2021...160 nouvelles hospitalisations...TOUT VA BIEN ?!?!?

  • Posté par Durieux Karine, lundi 10 mai 2021, 9:52

    Rien de commun entre ces deux situations! Début mai 2020: lockdown encore quasi total, même les fleuristes étaient encore fermés! Sans parler des écoles et des terrasses! Malgré les restrictions draconiennes de cette période-là, encore 79 nouvelles hospitalisations le 8 mai 2020...On est actuellement dans une situation très différente!

Aussi en Société

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs