Accueil Société

Le mot «covid», sans majuscule et plutôt masculin pour le dictionnaire Le Robert 2022

Le Robert, l’un des deux grands dictionnaires commerciaux en France, estime dans son édition 2022 que le mot « covid » s’écrit avec une minuscule et qu’il est plutôt masculin.

Temps de lecture: 2 min

Pour désigner la maladie virale qui s’est répandue dans le monde, le Robert distingue le terme générique de covid, comme dans l’exemple « suspicion de covid », et celui spécifique de Covid-19 avec une majuscule. La définition donnée est : « maladie infectieuse et contagieuse causée par un coronavirus ».

Son concurrent, le Larousse, met systématiquement une majuscule, donnant comme graphies possibles COVID-19 ou Covid-19.

Covid-19 est un acronyme forgé à partir de l’anglais par le Comité international de taxonomie des virus (ICTV) et adopté par l’Organisation mondiale de la santé en février 2020. Il signifie « maladie à coronavirus de 2019 ».

Le ou la ?

Son genre grammatical fait l’objet d’hésitations en français.

Pour le Robert, il est « masculin ou féminin », donc plus fréquemment masculin, alors que pour le Larousse, il est « féminin ou masculin » : plus correct en féminin, mais masculin chez de nombreux locuteurs.

Dans sa présentation du dictionnaire 2022, Le Robert estime que « c’est l’usage qui fait loi ». Si le féminin est adopté au Canada francophone, le masculin est pour l’instant majoritaire en France.

Habitat

 

À lire aussi Nouveaux mots 2022: voyage dans les coulisses secrètes du «Petit Larousse»

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

5 Commentaires

  • Posté par Hubert Wynands, mardi 11 mai 2021, 12:21

    Le VIRUS CHINOIS.

  • Posté par Moriaux Raymond, lundi 10 mai 2021, 15:43

    ... « c’est l’usage qui fait loi ». Voilà un principe assez dangereux. A ce train-là, vingt "zeuros" pourrait bientôt bien devenir la règle, "alcoolique" remplacer "alcoolisé", "occasion" laisser la place à "opportunité" (c'est déjà fait), j'en passe et des meilleurs (si on peut dire)... Conclusions : quand on voit l'usage qu'on fait de la loi, admettre que c'est l'usage qui fait la loi risque de nous emmener plus loin que nous ne le souhaitons.

  • Posté par Smyers Jean-pierre, lundi 10 mai 2021, 11:19

    Ma petite contribution: l'acronyme Covid vient de l'anglais "Corona Virus Desease", dans lequel le mot "desease" vient de l'ancien français "désaise" (même racine que malaise). Désaise étant masculin, il peut être légitime de mettre "covid" au masculin. L'Académie française, elle, s'était basée sur le fait que "desease" voulant dire maladie en anglais, et maladie étant au féminin, on garderait le féminin en français. Pour moi, les Immortels n'étaient pas forts sur la balle ce jour-là.

  • Posté par Deflandre Catherine, lundi 10 mai 2021, 21:36

    La plupart des maladies sont des noms féminins non? Ce qui justifie que l'on parle de 'la covid'. Mais le vrai problème est que les gens semblant incapable de différencier LE coronavirus de LA maladie qu'il cause, donc LE covid-19 est utilisé par beaucoup (et selon moi par erreur). Remonter à l'ancien français me semble une démarche peu habituelle pour donner un genre à un mot provenant (aujourd'hui) d'une autre langue.

  • Posté par Majoros Nathanael, lundi 10 mai 2021, 16:08

    C'est les mêmes bouffons qui avaient pondu "cédérom" et "mot-dièse", aussi...

Sur le même sujet

Aussi en Société

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

Geeko Voir les articles de Geeko