Accueil Monde Europe

Le pass sanitaire européen en phase de tests: il devrait être opérationnel en juin

Ce certificat sanitaire européen est destiné à fournir un cadre harmonisé pour faciliter la libre circulation au sein de l’UE cet été.

Temps de lecture: 2 min

Le pass sanitaire européen, qui fait toujours l’objet de négociations politiques au sein de l’UE, a commencé lundi une phase de tests qui doit lui permettre d’être opérationnel techniquement en juin, avant la saison estivale, a annoncé la Commission européenne.

La France et Malte sont les deux premiers pays à tester lundi l’interopérabilité du système. Il s’agit de vérifier la capacité des Etats membres à se connecter à la « passerelle » européenne mise en place. Cette phase pilote, qui s’échelonne sur deux semaines, concerne au total 18 pays de l’UE plus l’Islande, a indiqué un porte-parole de l’exécutif européen, Johannes Bahrke.

Cette phase n’implique pas l’utilisation de données réelles ni la participation de citoyens. Mais dès le 1er juin, les pays membres pourront commencer à se servir du système dans des conditions réelles s’ils sont prêts, a précisé le porte-parole.

Ce certificat sanitaire européen est destiné à fournir un cadre harmonisé pour faciliter la libre circulation au sein de l’UE cet été.

Il contient un code QR indiquant que son titulaire a été vacciné, ou qu’il a passé un test négatif ou encore qu’il dispose d’une immunité après avoir été infecté par le Covid-19. Il s’accompagne d’une signature électronique qui atteste de son authenticité. Lors du contrôle du certificat par l’autorité compétente (garde-frontière, police), le code QR est scanné et la signature électronique est vérifiée.

Il revient aux Etats membres de décider s’ils intègrent ce certificat dans leur application de traçage nationale -comme en France- ou s’ils utilisent une application distincte.

Le système est développé par les entreprises allemandes T-Systems et SAP.

Parallèlement à ces préparatifs techniques, le règlement sur le certificat sanitaire européen fait l’objet de discussions entre les eurodéputés et les représentants du Conseil, institution représentant les Etats membres.

Les désaccords portent notamment sur la gratuité ou le plafonnement du prix des tests, réclamés par le Parlement européen.

À lire aussi Et maintenant, la course au «coronapass» À lire aussi Vaccination: un «pass numérique» européen pour éclaircir l’horizon sur les voyages

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

6 Commentaires

  • Posté par Desplanques Claude, lundi 10 mai 2021, 20:09

    En attendant, certains pays acceptent que leur s visiteurs n'aient pas de PCR négatif s'ils ont un certificat de vaccination en ANGLAIS. Mais, depuis une semaine que je cherche qui peut délivrer ce précieux document, les administrations consultées se renvoient la balle ou tardent à répondre. On croirait vraiment qu'on veut tout faire pour nous empêcher de bouger...

  • Posté par Bruneau Christiane, lundi 10 mai 2021, 19:25

    malgré tout votre bla bla, vous n'empêcherez pas les pays qui le juge nécessaire d'imposer une preuve de vaccination pour y entrer, comme l'ont fait et le font encore beaucoup de pays pour la fièvre jaune.

  • Posté par RC Peeters, lundi 10 mai 2021, 19:08

    La cour européenne a statué sur l’interdiction de l’obligation vaccinale : voici la fin de la terreur. Le lien en français est à la fin avec les articles de loi de la cour européenne. Toute obligation de vaccination est désormais illégale par défaut Le Conseil de l'Europe (à ne pas confondre avec l'UE), auquel appartiennent tous les États européens à l'exception du Belarus, du Kosovo et du Vatican et qui est le parrain de la Cour européenne des droits de l'homme, a décidé le 27.01.2021 dans sa résolution 2361/2021, entre autres, que personne ne peut être vacciné contre sa volonté, sous la pression. Les 47 États membres sont invités à signaler avant la vaccination que la vaccination n'est pas obligatoire et que les personnes non vaccinées ne doivent pas subir de discrimination. La discrimination est également expressément interdite en cas de risques sanitaires existants ou si une personne ne souhaite pas être vaccinée. Les fabricants de vaccins sont tenus de publier toutes les informations sur la sécurité des vaccins. Avec cette résolution, la plus importante organisation de défense des droits de l'homme en Europe a désormais établi des normes et des obligations, ainsi que créé des lignes directrices en vertu du droit international, qui doivent être appliquées par les 47 États membres, y compris l'UE en tant qu'organisation. Les discriminations, par exemple sur le lieu de travail ou les interdictions de voyager pour les personnes non vaccinées, sont donc légalement exclues. Dans toute procédure judiciaire, contre toute autorité, tout employeur, tout fournisseur de voyages, tout responsable de maison, etc. Le coronapass est donc une discrimination! 7.5.2 d’utiliser les certificats de vaccination uniquement dans le but désigné de surveiller l’efficacité du vaccin, les effets secondaires potentiels et les effets indésirables! https://pace.coe.int/fr/files/29004/html

  • Posté par Moriaux Raymond, lundi 10 mai 2021, 18:14

    Si je comprends bien, toutes nos données "corona" seront donc transférées vers une plateforme informatique européenne, plateforme ensuite consultée par "qui de droit" pour faire "ce que de droit". Avons-nous consenti, tous et chacun, à ce traitement de nos données ? Perso, je ne m'en souviens pas. Qui va transmettre nos données à cette banque ? Qui va pouvoir la consulter ? Pour en faire quoi exactement ? Combien de temps cette banque va-t-elle exister ? Qui va s'assurer du "bon usage" et de la destruction physique de ces données dans max 6 mois, càd quand cette pandémie sera maîtrisée ? Qui va oser prétende que cette initiative vise des objectifs sanitaires légitimes et non seulement économico-financiers ? Vendre son âme au diable est-il désormais un projet européen ? Aucune réponse jusqu'à présent mais le projet-pilote fait tranquillement son chemin, l'air de rien, jusqu'à ce qu'il soit trop tard pour le stopper ... S'il est une mesure qui menace vraiment notre démocratie, c'est bien celle-là !

  • Posté par Staquet Jean-Marie, lundi 10 mai 2021, 21:54

    Vous voyez, Raymond... quand je disais il y a des mois « l’enjeu, c’est les données »... on me réclamait des « preuves ». Eh bien, la preuve, vous l’énoncez à ma place en décrivant parfaitement le rouleau compresseur qui avance sans jamais s’arrêter. « Pas impressionné », comme dirait l’autre. Mais nous n’y changerons rien. Ca se fera, on y passera de gré ou de force. Par contre, il y a une chose qu’ils ne peuvent pas faire: forcer les gens à être dupes. Quelques « complotistes », ça se gère mais toute une masse de gens qui font semblant d’y croire mais n’y croient pas du tout, c’est autre chose. L’URSS ne s’en est jamais remise.

Plus de commentaires

Aussi en Europe

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une