Accueil Société

Bruxelles: les communes appelées en renfort pour booster l’adhésion vaccinale

Dans sept communes bruxelloises, le taux de vaccination est inférieur à 70 % pour les plus de 65 ans. Certaines vont appeler les non vaccinés pour les (re)sensibiliser.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Monde Temps de lecture: 4 min

Pour jeudi, nous avons deux rendez-vous enregistrés, vendredi on est à quatre… » Benoît Cerexhe, bourgmestre (CDH) de Woluwe-Saint-Pierre, multiplie les coups de fil à la Cocom, pour tenter de remplir les créneaux de son centre de vaccination. « A plein régime, on peut atteindre les 1.200 doses par jour. Mais là, c’est la cata. La semaine dernière déjà, on était à 30 % de notre capacité, il faut baisser les catégories d’âge admises ! » A Schaerbeek, c’est à peine mieux : « Pour la fin de cette semaine, on tourne à moins d’un sixième de notre capacité, soit une petite centaine d’inscriptions », confirme Cécile Jodogne (Défi). La faute, peut-être, au long week-end, plus propice aux escapades qu’aux piqûres. Et, surtout à l’AstraZeneca, injecté, les prochains jours (notamment) dans ces deux communes.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

3 Commentaires

  • Posté par guedouar sadri, mardi 11 mai 2021, 9:03

    En périphérie bruxelloise, pas de nouvelles de la vaccination... A Bruxelles, ils ne savent plus quoi faire avec leurs vaccins... Ubuesque Belgique...

  • Posté par Bastidon Pauline, mardi 11 mai 2021, 8:38

    Beaux efforts, mais ne devrait-on pas offrir la vaccination aux trentenaires qui ne demandent qu'à pouvoir enfin être vaccinés, au lieu de bloquer le système avec des personnes qui pour beaucoup ne semblent ni avoir envie de se protéger, ni de protéger leur prochain? Et pour ce qui est du risque, ne risque-t-on pas une 4ème vague à terme si le vaccin continue à ne pas être offert aux moins de 41 ans, qui sont par définition très mobiles? Par ailleurs, comme la situation au Brésil l'a montré, où le gros des malades en soins intensifs avait moins de 40 ans, personne n'est à l'abri.

  • Posté par Staquet Jean-Marie, mardi 11 mai 2021, 9:49

    Quand il n’y en a que pour les vieux...

Aussi en Société

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs