Accueil Société

Coronavirus: des volontaires des centres d’Uccle et de Forest auraient vacciné des connaissances avec des doses restantes

Au cours des dernières semaines, un certain nombre d’employés auraient envoyé des SMS à des connaissances afin qu’elles puissent être vaccinées à leur tour avec les restes de vaccin. Et ces connaissances pourraient, à leur tour, inviter d’autres personnes.

Temps de lecture: 2 min

Après Saint-Trond, c’est au tour des méthodes de quelques volontaires du centre de vaccination de Forest de susciter la controverse, selon le site d’information bruxellois Bruzz. Au cours des dernières semaines, un certain nombre d’employés auraient envoyé des SMS à des connaissances afin qu’elles puissent être vaccinées à leur tour avec les restes de vaccin. Et ces connaissances pourraient, à leur tour, inviter d’autres personnes, selon nos confrères.

T., 28 ans, avait reçu un numéro de téléphone d’un ami. En envoyant un SMS à ce numéro, il a pu réserver sa première vaccination le 1er mai. « Mon ami avait soudainement reçu un message en avril (d’un volontaire de la Croix-Rouge, ndlr) indiquant qu’il restait des vaccins », a témoigné T. à Bruzz.be. « Il pouvait répondre en répondant à ce numéro avec un message standard, et il l’a fait. » L’ami en question était un jeune homme d’une vingtaine d’années qui n’était pas domicilié à Bruxelles, mais qui a pu obtenir immédiatement un rendez-vous à Uccle.

« La semaine dernière, il a reçu un autre SMS de ce type, cette fois-ci l’informant qu’il restait des vaccins Pfizer à Forest. Comme il avait déjà reçu le vaccin, il m’a suggéré d’envoyer la même réponse au même numéro. J’ai supposé que ça ne marcherait pas, mais une demi-heure plus tard, j’ai reçu la confirmation que je pouvais venir. »

Le centre de vaccination de Forest est géré par la Commission communautaire commune (CGC), mais il est géré par la Croix Rouge de Belgique, qui est la Croix Rouge francophone. Il en va de même pour les centres d’Uccle, de Schaerbeek et de Woluwe-Saint-Lambert.

La porte-parole de la Croix-Rouge s’est refusée à tout commentaire pour l’instant. Au GGC, on affirme que tant à Forest qu’à Uccle, on utilise « effectivement » la liste de réserve de Bruvax. « Nos chiffres le montrent », déclare la porte-parole Fatima Boudjaoui. Le CGG promet d’enquêter davantage sur ce qui s’est passé exactement.

Depuis le 19 avril, il existe une liste de réserve officielle de la Région bruxelloise (Bruvax). Les résidents âgés de 40 ans ou plus peuvent s’y inscrire. En cas de surplus, ils doivent normalement être les premiers à être appelés.

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

18 Commentaires

  • Posté par Dupont Vincienne, mardi 11 mai 2021, 20:52

    "Le centre de vaccination de Forest est géré par la Commission communautaire commune (CGC), mais il est géré par la Croix Rouge de Belgique, qui est la Croix Rouge francophone." ----- Quoi ça veut dire ?

  • Posté par Majoros Nathanael, mardi 11 mai 2021, 12:28

    Evidemment. Une liste d'attente c'est mignon, mais ce n'est pas efficace. Vous croyez que c'est pratique de commencer à convoquer les gens de cette liste? Alors qu'il suffit de prendre les passants? Tant qu'on ne sélectionne pas les volontaires à la tête du client, et qu'on les prend selon des critères objectifs et équitables, c'est mieux qu'attendre des vieux cons qui font la fine bouche parce qu'on leur a dit de ne pas aimer AstraZeneca veuillent bien bouger leur cul.

  • Posté par Staquet Jean-Marie, mardi 11 mai 2021, 12:22

    Je n'arrive pas à imaginer que la presse sérieuse évoque l'idée qu'il y a du pistonnage en Belgique. Quelle dérive!

  • Posté par Theys Jos, mardi 11 mai 2021, 10:59

    A St Trond la bourgmestre a fourni 13 noms sur 1000 (avant l'existence des listes des reserves). La gauche a eu sa peau car elle juge les qualités éthiques et morales de la bourgmestre insuffisantes.

  • Posté par De Ronde Michel, mardi 11 mai 2021, 10:57

    Oh là là ! Le scoop ! C’est carrément du niveau de « Une vérité qui dérange » !

Plus de commentaires

Aussi en Société

Grand format Agressions sexuelles: une lame de fond partie du cimetière d’Ixelles

En dix jours, deux bars ixellois ont été visés par des dizaines de témoignages de femmes, relatifs à des cas d’agressions sexuelles. Dans le sillage de ces récits, d’autres sont venus mettre en perspective une problématique qui dépasse de loin le quartier étudiant (et plus largement Bruxelles), mettant le monde de la nuit face à ses responsabilités.

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

Geeko Voir les articles de Geeko