Accueil Société

Un travailleur du secteur psychosocial sur cinq hésite à changer de métier

Les psychologues, assistants sociaux et éducateurs sont en première ligne face à la détresse grandissante de la population. Selon une étude menée par l’ULiège, 51 % de ces travailleurs disent que la crise a un impact négatif sur leur bien-être.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Société Temps de lecture: 4 min

L’impact de la crise sur la santé mentale n’épargne pas les travailleurs du secteur psychosocial. Pointés du doigt comme la solution a tous les maux, les psychologues, assistants sociaux, éducateurs sont eux aussi sur les rotules. A l’université de Liège, Fabienne Glowacz, professeure de psychologie clinique, en collaboration avec Isabelle Hansez, professeure de psychologie du travail, a mené une enquête en ligne auprès des professionnels afin d’évaluer leur vécu durant la crise. « La majorité des études scientifiques se sont centrées sur les professionnels du secteur de la santé. Et plus particulièrement sur les professionnels en milieu hospitalier qui se sont retrouvés en première ligne », pointe Fabienne Glowacz. « Toutefois, les professionnels de la relation d’aide l’ont été aussi mais leur travail a été invisibilisé, alors que la détresse psychologique et le besoin d’aide de la population sont croissants. Ce constat fait écho aux priorités politiques et a l’angle qu’a pris cette période. »

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Société

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs