Accueil Économie Entreprises

Abus fiscaux: derrière les cas Amazon et Engie, des conséquences concrètes

Le Tribunal de l’UE a rejeté les arguments de la Commission qui estimait qu’Amazon avait obtenu un avantage fiscal indu au Luxembourg. Mais ses conclusions sur Engie pourraient constituer un précédent assez fort.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Monde Temps de lecture: 4 min

Amazon paierait moins d’impôts que le libraire du coin, entendait-on souvent dire il y a quelques années. Le New York Times, il y a quelques jours, mettait des chiffres sur cette impression : 44 milliards de chiffres d’affaires en Europe en 2020 et pas d’impôts payés dans le pays où il a son siège européen, le Luxembourg, où il a déclaré une perte de 1,2 milliard d’euros. S’il précise qu’Amazon respecte le droit luxembourgeois et paie des taxes localement sur ses activités, sans donner de montant, le journal américain estime que cette réalité ne peut que donner des munitions aux Européens dans le débat international sur la taxation du numérique.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

6 Commentaires

  • Posté par Marlier Jacques, mardi 18 mai 2021, 18:33

    Croisons les doigts: la fiscalité des grands groupes semble enfin s'adapter progressivement à la réalité économique.

  • Posté par Schlebe Bernard, vendredi 14 mai 2021, 11:10

    oui, il faut arrêter ces règles spéciales qui permettent aux citoyens d'un petit état de s'enrichir sur le dos des autres états de l'Europe. Mais il faut aussi réguler avec beaucoup d'énergie la pression des industries des grands états qui au moindre éternuement de l'économie quittent les petits états (Belgique, Luxembourg, Irlande, Autriche) pour se replier sur leur territoire; car finalement, ces paradis fiscaux ne sont que la contrepartie des décisions des grands états dont les seuls vainqueurs sont les capitalistes déjà bien trop fortunés. Dire qu'il faudra attendre la pression "socialiste" des USA pour que cela bouge. Finalement, j'ai honte d'être européen.

  • Posté par Wathelet Michel, jeudi 13 mai 2021, 6:34

    Les états sont dirigés par des marrants. Comme ils sont à court d'argent et qu'ils voient les fortunes amassées par quelques-uns non seulement plus pragmatiques, mais largement plus intelligents, ils attaquent sur le plan judiciaire des lois et mécanismes qu'ils ont eux-mêmes favorisés. Cela relève d'un niveau assez bas de raisonnement. Je ne vois pas de problèmes à supprimer tout cela dans les 24 heures. Mais voilà le consensus européen dans ce cas précis n'est pas vraiment d'actualité.

  • Posté par codejon jose, jeudi 13 mai 2021, 13:28

    Vous avez raison , la première chose à faire ,ce serait d'en finir avec les paradis fiscaux dans l'UE .Au moment ou on va nous imposer des nouvelles taxes "vertes " et qu'il faudra diminuer la dette publique ,c'est complètement immoral de voir ces multinationales échapper à la taxation grâce à des montages fiscaux avec la complicité de nos politiciens nationaux et européens qui ont le pouvoir et les moyens de changer les lois pour éviter ces indécents accords .

  • Posté par Deckers Björn, jeudi 13 mai 2021, 0:00

    L'arrêt Engie est en effet une bonne nouvelle. Que LE SOIR et tous les autres titres internationaux liés par les consortium tels l'ICIJ continuent à remuer la m... Enfin, ça bouge.

Plus de commentaires

Aussi en Entreprises

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs