Accueil Opinions Chroniques

Chronique «Déjà vu» : à qui profitent les pronunciamientos?

Le général de Gaulle inspire Macron et Le Pen. Détournement d’idole. Au reste, il est parfois dangereux de réveiller les morts…

Article réservé aux abonnés
Chef du service Forum Temps de lecture: 5 min

A l’été 2017, en offrant à Emmanuel Macron un petit portrait de Charles de Gaulle qu’il conservait par-devers lui telle une icône, Jacques Chirac a symboliquement adoubé son lointain successeur comme « Compagnon de la Restauration ». Une reconnaissance appréciée, on le suppose, par un homme qui, depuis le début de son quinquennat, ne cesse de multiplier les références au Général et de puiser dans le mythe gaullien pour développer l’image d’une France unie, fière et forte, tout en se profilant, comme son modèle, au-dessus du « régime des partis ».

Mais en évoquant l’esprit du mort glorieux, sans doute le Président ne se doutait-il pas qu’il réveillerait quelques fâcheux fantômes de cette époque : ceux des généraux Challe, Salan, Jouhaud et Zeller par exemple, auteurs du « putsch d’Alger » le 21 avril 61…

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Chroniques

Chronique Carta Academica: La réforme de la politique agricole commune: une dernière chance pour l’environnement et le climat?

Tous les samedis, « Le Soir » publie la chronique d’un ou plusieurs membres de Carta Academica. Cette semaine : L’intensification forcenée des méthodes de production agricole a fait de l’agriculture une ennemie et non plus une alliée du milieu naturel. Le niveau d’ambition environnemental et climatique affiché par la politique agricole commune réformée 2023 – 2027 pourrait-elle changer le paradigme ? Les financements conséquents qui sont programmés pour les quatre prochaines années suffiront-ils pour sauver l’arche de Noé ? Ou faut-il craindre qu’en raison d’une décentralisation accentuée les nouvelles mesures de soutien aux agriculteurs relèveront du greenwashing comme ce fut souvent le cas dans le passé ?

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs