Coronavirus: «Il y a de fortes chances que le variant indien devienne dominant en Belgique», selon Marc van Ranst

Coronavirus: «Il y a de fortes chances que le variant indien devienne dominant en Belgique», selon Marc van Ranst
Dominique Duchesnes.

Ma plus grande critique à l’égard du Comité de concertation est que le seuil de 500 lits en unité de soins intensifs ne sera pas abaissé davantage comme condition pour les assouplissements de juillet et août. D’ici là, nous devrions être bien moins de 500 lits en USI », explique le virologue Marc Van Ranst dans une interview au quotidien De Morgen.

Au sujet des variants, il rappelle que « les virus mutent, c’est la logique même. Nous le savons depuis longtemps ; il en va de même pour le virus de la grippe. » « Ça ne doit pas toujours être un énorme problème. Si un nouveau variant s’avère dangereux, la stratégie de lutte contre le coronavirus doit être adaptée rapidement. Il n’y a pas grand-chose d’autre à faire dans ce cas. »

Il estime qu’il y a « de fortes chances » que le variant indien devienne dominant en Belgique. « Au Royaume-Uni, il est déjà en hausse. Et la même chose peut nous arriver. D’autant plus que, quelle que soit la façon dont on voit les choses, d’ici l’été, nous allons échanger des variants. »

« Les vaccinations progressent et la couverture vaccinale est élevée : c’est une bonne nouvelle. Mais nous devons quand même être prudents », conclut-il.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous