Accueil Monde Proche-Orient

Frappes sur Gaza: «Ce n’est pas encore fini», prévient Netanyahu

Les frappes de l’armée ont déjà fait plus de 100 morts en quelques jours.

Temps de lecture: 2 min

Le Premier ministre israélien, Benjamin Netanyahu, a prévenu vendredi que les raids sur la bande de Gaza n’allaient pas prendre fin prochainement, après une intensification des frappes de l’armée sur l’enclave, ayant déjà fait plus de 100 morts en quelques jours.

« J’ai dit que nous infligerions de sérieux revers au Hamas et à d’autres groupes terroristes (…). Ils payent et continueront de payer chèrement. Ce n’est pas encore fini », a déclaré M. Netanyahu après une réunion au ministère de la Défense, d’après un communiqué.

Ce vendredi matin, l’armée israélienne rapportait avoir envoyé 160 avions vers la bande de Gaza pour détruire un réseau de tunnels exploités par le Hamas, le mouvement islamiste qui contrôle la région.

L’armée israélienne a multiplié les bombardements « pour infliger des dommages sévères aux tunnels » qui permettent aux combattants et dirigeants du Hamas, qui a tiré des centaines de roquettes vers Israël, de circuler à travers la bande de Gaza à l’abri des caméras de l’Etat hébreu, voire de traverser côté israélien pour tenter par exemple d’y prendre des otages, a-t-elle indiqué.

Selon le porte-parole de l’armée, Jonathan Conricus, le système de tunnels appelé Metro fonctionnait comme une « ville sous la ville ». L’ampleur des dégâts infligés à ce réseau reste indéterminée.

Un déluge de feu nocturneAu total, l’armée a dit avoir frappé 150 cibles au cours d’un déluge de feu nocturne, doublé de salves de roquettes de la part du Hamas vers des villes israéliennes du sud comme Sderot, Ashkelon et Beersheva, dans le désert du Néguev.

Les frappes ont continué dans la matinée vendredi, l’aviation ayant notamment ciblé « une brigade terroriste » prête à tirer des roquettes vers Israël, selon l’armée.

Les deux parties sont entrées dans une nouvelle phase du conflit qui prend de l’ampleur depuis plusieurs jours. Après avoir annoncé la présence de ses soldats dans la bande de Gaza, l’armée israélienne a fait marche arrière vendredi, évoquant un « problème de communication en interne ».

Depuis le début lundi de ce nouveau cycle de violences, 119 Palestiniens, parmi lesquels 31 enfants, ont été tués dans la bande de Gaza, et 830 personnes ont été blessées, selon les autorités locales.

En Israël, où le bouclier antimissile « Dôme de fer » a intercepté environ 90 % des quelque 1.800 roquettes tirées cette semaine, le bilan est passé à neuf morts et des centaines de blessés.

À lire aussi Conflit israélo-palestinien: les violences des militants d’extrême-droite israéliens vident les rues de Bat Yam

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

18 Commentaires

  • Posté par Patrick Yamedjeu, samedi 15 mai 2021, 0:23

    Commentaire stupide d'un premier ministre stupide, d'un état raciste.

  • Posté par Levaux Marie-Noelle, vendredi 14 mai 2021, 19:04

    C’est à peu près le même commentaire qu’à du prononcer le général SS avant de lancer l’assaut sur les malheureux juifs révoltés du ghetto de Varsovie...

  • Posté par Patrick Yamedjeu, vendredi 14 mai 2021, 23:58

    C'est malheureusement vrai. Il semble que les victimes d'hier soient devenues les bourreaux d'aujourd'hui.

  • Posté par Paradise ., vendredi 14 mai 2021, 18:38

    Le problème ne vient-il pas des Imam du côté du jardin des Oliviers (Esplanade des mosquées à Jérusalem) ? Après la prêche , les Palestiniens se sont mis à chercher le conflit avec les Juifs.(caillassage puis cocktail molotov puis roquettes). Israël a réagit de manière tout aussi agressive à cela. Si cela n'est pas de la manipulation alors ... c'est quoi ?

  • Posté par Moussiaux Pierre, vendredi 14 mai 2021, 20:04

    Si l'Etat israélien accordait les mêmes droits aux arabes israéliens qu'à ses autres citoyens, s'il ne poursuivait pas depuis des années une politique d'appropriation de territoires qui ne lui ont pas été attribués par la communauté internationale (faut-il rappeler que celle-ci est à l'origine de la création dudit état, sans lequel il n'existerait pas)... Ce n'est malheureusement pas le cas ; beaucoup de fondateurs de l'état d'Israël doivent se retourner dans leur tombe quand on voit l'importance prise par l'extrême-droite et les groupes religieux intégristes. C'est vraiment triste.

Plus de commentaires

Aussi en Proche-Orient

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une