Accueil Économie Entreprises

La Chine se libéralise, mais les Occidentaux n’en profiteront pas

La libéralisation sélective de l’économie est le signe du triomphe des entreprises chinoises contre les entreprises occidentales sur le marché intérieur. Et demain sur le marché mondial ?

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Economie Temps de lecture: 7 min

La Chine, encore sous-développée à la mort de Mao au milieu des années 70, est aujourd’hui la deuxième économie du monde, derrière les Etats-Unis – ou la troisième, si l’on considère que l’Union européenne n’est pas seulement un grand marché.

Mais le modèle chinois reste ambigu. La Chine est-elle (encore) l’atelier du monde, offrant une main-d’œuvre bon marché, bien formée et docile ? Une économie « en rattrapage » tout juste capable de copier les technologies développées dans les pays dits « avancés » ? Un marché potentiel de 1,4 milliard de consommateurs à conquérir – à condition de négocier l’abaissement des barrières protectionnistes mises en place par les autorités ?

Demain, la Chine ouverte ?, issu du travail de fin d’étude de deux jeunes fonctionnaires français tout juste diplômés du Corps des mines, Victor Mabille et Arthur Neveu, tord le cou à ces images d’Epinal.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

1 Commentaire

  • Posté par frederic henry, dimanche 16 mai 2021, 21:04

    Fallait vraiment être aveugle pour ne pas comprendre que les joint venture étaient la pour voler les technologies....

Aussi en Entreprises

Crise énergétique: les entreprises craignent le pire, la BNB relativise

Sondées en septembre, les entreprises se montrent très pessimistes pour les prochains mois, craignant les effets de l’indexation des salaires et la hausse des prix de l’énergie. La BNB relativise cependant, notamment à la lumière des enseignements de la crise sanitaire, dont les effets délétères ont été moins importants qu’anticipés. « L’économie belge se dirige vers une courte récession », estime la Banque nationale de Belgique.

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs