Accueil Monde Amériques

En Colombie, la rue ne décolère pas

Les négociations devaient commencer ce dimanche entre le gouvernement et le Comité national de grève, mais la sortie de crise semble difficile tant que la répression des manifestations reste violente.

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 5 min

On nous assassine. » Le cri des manifestants retentit chaque jour d’un bout à l’autre de la Colombie. Le bras de fer qui se joue en Colombie depuis 19 jours continue. La mobilisation sociale contre le gouvernement de droite d’Ivan Duque ne faiblit pas, en témoignent les dizaines de milliers de personnes rassemblées encore ce samedi pacifiquement à Bogota. Et la réponse du président, malgré de tièdes et tardifs appels au « dialogue », puis à la « négociation », qui devait commencer ce dimanche avec les membres du Comité national de grève et à laquelle peu de manifestants semblent prêter crédibilité pour l’instant, est pour le moins confuse face aux revendications. La première des demandes de la rue étant désormais que cessent des violences policières largement documentées, reconnues du bout des lèvres par le gouvernement mais sans aucun geste fort jusque-là pour y remédier. Bien au contraire.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Amériques

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs