Accueil Monde Proche-Orient

Conflit israélo-palestinien: Biden a soutenu un «cessez-le-feu» auprès de Netanyahu

Les Etats-Unis se sont opposés ce lundi, une nouvelle fois, à l’adoption d’une déclaration du Conseil de sécurité de l’ONU appelant à « une cessation des violences » entre Israéliens et Palestiniens.

Temps de lecture: 2 min

Le président américain Joe Biden a exprimé lundi, lors d’un échange avec le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu, son « soutien » à un cessez-le-feu face à l’escalade de violences, a indiqué la Maison Blanche.

« Le président a exprimé son soutien à un cessez-le feu », a indiqué la Maison Blanche dans un compte-rendu à la tonalité très prudente, au moment où nombre de voix s’élèvent dans le camp démocrate pour que M. Biden réclame explicitement un cessez-le-feu entre Israël et le Hamas, qui contrôle la bande de Gaza.

« Personne n’a intérêt à poursuivre les combats »

Le chef d’état-major américain, le général Mark Milley, a prévenu lundi Israël des risques d’élargissement du conflit avec le Hamas au delà de Gaza, soulignant que « personne n’a intérêt à poursuivre les combats ».

« Personne ne nie à Israël le droit de se défendre », a déclaré à des journalistes le général Milley dans l’avion l’acheminant à Bruxelles, où il doit participer à une réunion des chefs d’état-major de l’Otan.

Mais « des civils sont tués, des enfants sont tués », a ajouté le plus haut gradé américain, qui s’exprimait au moment où les Etats-Unis s’opposaient une nouvelle fois à l’adoption d’une déclaration du Conseil de sécurité de l’ONU appelant à « une cessation des violences » entre Israéliens et Palestiniens.

Les bombardements israéliens sur la bande de Gaza ont repris de plus belle lundi, au terme d’une semaine noire ayant fait 200 morts dans l’enclave palestinienne, tandis que le mouvement Hamas continue ses tirs de roquettes.

« Israël tente de se défendre », a ajouté le général Milley. « Cela dit, le niveau de violence est tel là-bas qu’il n’est dans l’intérêt de personne de continuer les combats ».

Questionné sur une possible implication de l’Iran en soutien au Hamas, le chef d’état-major a noté que « ce niveau de violence est déstabilisant au-delà des limites de Gaza ».

Lundi soir des tirs de roquettes ont été échangés entre Israël et le Liban.

Depuis le début des hostilités, le 10 mai, 200 Palestiniens ont été tués à Gaza dont au moins 59 enfants, et plus de 1.300 blessés, selon un bilan palestinien.

Côté israélien, dix personnes ont été tuées, dont un enfant, et 294 blessées après des tirs de roquettes.

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

18 Commentaires

  • Posté par Albin S. Carré, mercredi 19 mai 2021, 11:36

    Ne te fatigue pas Joe, chacun sait qui dirige les USA!

  • Posté par DENIS JEAN, mardi 18 mai 2021, 14:39

    à Naeije Robert: explication très simple, quand un pays de l'Europe se conduit mal, j'ai honte pour l'Europe. Israël bénéficie d'un régime particulier, l'Europe lui a octroyé des "statuts" qu'elle "rehausse" en catimini régulièrement. Et pour ça j'ai honte aussi! On est donc vraiment concernés et nous avons des leviers plus efficaces (supprimer ce favoritisme injustifié). De plus, comme par hasard, les personnes qui s'intéressent à ces problèmes dont vous parlez, n'ont pas l'air de voir que des centaines de Palestiniens (270 tués et 29000 blessés sur environ 50 jours selon agence ONU) se sont fait abattre comme des lapins (je n'exagère pas!). Renseignez-vous des vidéos existent. Pendant plus d'un an, tous les vendredis, des Palestiniens manifestaient pour le droit au retour ( avec des pierres je vous le concède), pour en échange être tués par des robocops tireurs d'élite qui n'ont jamais été en état de légitime défense donc facilement condamnables. J'ai entendu le plus grand silence de la part de ces personnes, mais néanmoins, silence éloquent!

  • Posté par Deckers Björn, mardi 18 mai 2021, 12:19

    @MAESEN Jean-Luc, si on doit ouvrir grand les yeux, il faut surtout ouvrir les deux. Le Hamas n'est évidemment pas un facteur de paix, mais le Likoud et la large prédominance des partis nationalistes et identitaires religieux dans le paysage politique israélien ne l'est pas non plus. Hélas pour cette région, pour l'instant, c'est 15/15 ou devrais-je plutôt dire 0/0, match très très nul. Il faut des gens qui acceptent de se parler et plus encore de s'écouter. Mais si le Proche-Orient avait plus de chance avec le Fatah de Yasser Arafat, il y avait aussi plus de chance d'arriver à un terrain d'entente et de paix avec Yitzhak Rabin... assassiné par les siens...

  • Posté par MAESEN Jean-Luc, mardi 18 mai 2021, 16:02

    Non vous ne m'avez pas compris. Pour moi Arafat n'était plus du tout un "méchant" (pourtant clairement "terroriste" - égyptien de naissance et de nationalité de plus - à la fondation de l'OLP). C'était surtout (sur la fin de sa "carrière") un "pourri", qui (avec son entourage, son "épouse" notamment) s'est copieusement rempli les poches avec les "aides humanitaires et autres" reçues, au détriment des "palestiniens" qu'il était censé "défendre et protéger". Quant aux accords de Camp David, vous en avez une vision totalement idyllique, qui ne correspond pas du tout à la réalité (beaucoup d'hypocrisie du côté palestinien notamment). D'ailleurs, ils n'ont strictement "rien donné" par la suite (même si l'assassinat de Rabin y a probablement contribué). Qu'en aurait-il été autrement ? "Dieu" seul le sait...

  • Posté par Deckers Björn, mardi 18 mai 2021, 15:18

    @MAESEN Jean-Luc, je n'ai qu'une chose à dire. C'est avec ses ennemis qu'on fait la paix... Chacun à tendance à voir l'extrémisme chez l'autre. Tenez, comme ces flamands qui n'avaient pas peur de comparer le FDF (devenus Défi) au Vlaams Belang. Et moi même, il m'arrive souvent comme d'autres francophones de traiter le CD&V comme des extrémistes. Donc, oui pour vous, Arafat était un méchant. Je ne le vois pas comme un héros dans l'absolu mais à l'égal de Rabin comme un héros de la paix. Moi ce que je vois, ce sont les accords de camp David. Il ne m'en faut pas davantage. Deux hommes que tout oppose, qui décident de s'écouter et de se mettre d'accord en faveur de la paix pour tous. Il me semble qu'il ne devrait pas y avoir d'autres objectifs au Proche-Orient.

Plus de commentaires

Aussi en Proche-Orient

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une