Accueil Société

La Belgique, adepte du principe «pollueur-payé»

Chaque année, le budget de l’Etat accorde plus de 13 milliards d’euros au pétrole, au gaz naturel, au charbon. Ces mêmes énergies fossiles qu’il faut faire disparaître si on veut atteindre nos objectifs climatiques.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Société Temps de lecture: 6 min

En 2019, la Belgique a accordé pas moins de 13,3 milliards d’euros de subventions aux énergies fossiles. Cela représente 2,8 % du produit intérieur brut, la richesse produite dans notre pays. C’est ce qui ressort d’un rapport réalisé par les administrations de l’environnement et des Finances qui vient d’être rendu public. Essence, diesel, mazout, gaz naturel… : ces énergies très émettrices de gaz à effet de serre et d’autres polluants atmosphériques profitent chaque année des largesses de l’Etat, donc de la collectivité. En une manière d’application du principe du « pollueur-payé », on vient en aide directement et indirectement à des énergies contrevenant à l’engagement de réduire les émissions de gaz à effet de serre d’au moins 35 % en 2030, et de viser une société neutre en carbone en 2050. Le rapport, qui ne concerne que le niveau fédéral, met le doigt sur le phénomène et doit servir d’outil pour supprimer ces subventions.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

9 Commentaires

  • Posté par Debersaques Bart, jeudi 3 juin 2021, 23:35

    bientôt de retour au moyen-ages

  • Posté par Robinson Richard, mercredi 19 mai 2021, 8:05

    Il semble y avoir une confusion délibérée entre les subventions et les taux d'imposition différentiels. La taxe est une taxe et un taux d'imposition inférieur n'est pas une subvention !! Le conseil actuel est que le monde doit arriver à zéro CO2 d'ici 2050, mais la manipulation du langage et des approches étroites des rapports sur l'environnement entraînent des réactions négatives de la part de quiconque a un esprit légèrement curieux.

  • Posté par Baeyens Remi, mardi 18 mai 2021, 12:54

    Quand Faraday faisait ses expériences d'électricité en faisant trémousser les ladies de la cour devant le roi. Le roi lui demandait 'c'et très amusant mais cela ne sert à rien, il répondit ' je ne crois pas sire, bientôt vaus allez imposer de nouvelles taxes.

  • Posté par Baeyens Remi, mardi 18 mai 2021, 12:51

    Bientôt on payera des taxes sue nos flatulences. Toutes machine quelle qu'elle soit produit des effets néfastes. Etudiez votre cours de thermodynamique. Nous sommes tous des machines thermodynamiques avec un rendement faible et donc polluantes. Maintenant que l'idéologie (philosophie vague et nébuleuse ( le petit Robert) s'en mêle, on devra bientôt péter plus bas que son cul.

  • Posté par Hubert Wynands, mardi 18 mai 2021, 12:19

    Pourtant quand je fais le plein à la pompe, j’ai plutôt l’impression que c’est moi qui subsidie l’état au travers des taxes et accises.

Plus de commentaires

Aussi en Société

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs