Accueil Économie Mobilité

Voitures hybrides, électricité verte: les remarques de la FEB sur le verdissement des voitures de société

La Fédération estime qu’il s’agit d’«un compromis honorable mais avec quelques points d’attention».

Temps de lecture: 2 min

Le comité ministériel restreint a dégagé, dans la nuit de lundi à mardi, un accord sur le principe du verdissement du parc des voitures de société. La Fédération des entreprises de Belgique (FEB) salue un compromis honorable mais relève quelques points d’attention.

> Voitures de société: seuls les véhicules électriques bénéficieront d’un avantage fiscal

D’après l’accord, à partir de 2026, tout nouveau véhicule d’entreprise devra être sans émission de CO2 pour pouvoir encore bénéficier d’une déductibilité fiscale. Celle-ci sera équivalente à 100% en 2026, puis dégressive pour atteindre 67,5% en 2031. Des avantages fiscaux pour encourager l’installation de bornes de recharge et une simplification du budget mobilité figurent également au programme.

«Concernant le verdissement du parc de voitures de société, il s’agit d’un compromis réalisable car le plan s’étale sur le court et sur le long terme avec des délais raisonnables pour s’y adapter», réagit la fédération patronale. Celle-ci regrette néanmoins qu’après 2026, les hybrides ne puissent plus faire partie du système, au moins provisoirement. «En outre, les véhicules utilitaires ne sont plus visés par la réforme.»

L’adaptation du budget mobilité va elle dans le bon sens en apportant un assouplissement des règles actuelles, selon la FEB.

Sortie du nucléaire

Par contre, la fédération s’interroge sur nos capacités énergétiques. «Electrifier les voitures de société et disposer de plus de bornes de recharge accessibles est une chose, mais s’assurer qu’il y a suffisamment d’électricité pour un parc important de véhicules électriques et que le réseau s’adaptera rapidement pour permettre leur recharge en est une autre...» Ceci pose à nouveau la question du maintien de la sortie du nucléaire.

Enfin, «obliger les particuliers à consommer de l’électricité verte pour bénéficier de l’avantage fiscal lors de la mise en place d’une borne de recharge à leur domicile n’a pas de sens, tenant compte notamment de tous les autres mécanismes existants (ex: le système d’échange de quotas d’émission de l’UE, NDLR), avance encore l’organisation patronale.

La FEB précise qu’elle prendra le temps d’examiner en détail le contenu de cet accord et ses conséquences potentielles, notamment en termes de charges administratives supplémentaires.

À lire aussi Un air plus pur sans confinement, ce serait possible

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

17 Commentaires

  • Posté par Ista Christian, mardi 18 mai 2021, 17:39

    Comme j'habite "à rue" et pas de garage, je ne vois pas comment installer une borne. Des bornes dans les "stations services" il n'y en a quasi pas sans compter le temps de chargement. Je pense que c'est juste des effets d'annonce. Si cette idée devait devenir réalité, je mettrai ma société genre au Luxembourg ...

  • Posté par Jaumotte Christian, mardi 18 mai 2021, 17:35

    Quand je relis le texte, je me demande pourquoi on attend CINQ ans? Tout cela pour passer au vert? Je pense qu’on pourrait instaurer cela pour 2022 en laissant les mesures actuelles pour les véhicules acquis avant cette date. La FEB s’est toujours vantée d’être initiatrice de la dépollution avec le renouvellement du parc automobile des entreprises. Pourquoi ne pas forcer ces entreprises à se mettre aux véhicules électriques puisqu’elles profitent de la déduction fiscale? Cela devrait être dû donnant donnant.

  • Posté par Even Philippe, mardi 18 mai 2021, 17:34

    Il faudrait aussi que la région wallonne adapte sa fiscalité sur les voitures : une voiture essence (1350cc) consommant 6,5l au cent paie nettement moins de taxe de circulation qu'un véhicule hybride (moteur de 1800cc) qui consomme en moyenne 1litre de moins. Cherchez l'erreur

  • Posté par Jaumotte Christian, mardi 18 mai 2021, 16:58

    Mais que les politiques sont lents à adopter des mesures contraignantes… Les lobbys sont probablement encore intervenus… On pourrait au moins réduire l’application de cette règle à 2 ans voire nettement moins. Quand on voit que l’on peut fabriquer un vaccin en moins d’une année, on pourrait appliquer le même délai d’urgence aux entreprises, surtout que c’ est un avantage fiscal qu’elles acquièrent. Il serait peut-être intéressant de donner d’autres avantages aux entreprises. Je pense, entre autre, à la garde des enfants. Pourquoi ne pas pousser les entreprises à ouvrir des garderies d’enfants, déductibles fiscalement, pour permettre à leur salariés d’y déposer leurs enfants sans que ceux-ci ne doivent courir de façon excessive pour les garder. Ces garderies pourraient s’organiser de façon collective entre plusieurs entreprises. Et le tout de façon déductible pour les entreprises et de façon gratuite pour les salariés. Franchement, je pense que les politiques manquent d’idées… Écoutez ce que disent les citoyens….La balle est dans votre camp, et pressez-vous, car le réchauffement climatique n’attend pas.

  • Posté par Ista Christian, mardi 18 mai 2021, 22:17

    @maleBertrand concernant votre courage oui c'est connu de tous.

Plus de commentaires
Sur le même sujet

Aussi en Mobilité

Voir plus d'articles
La Une Le fil info Commentaires Partager

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs