Voitures hybrides, électricité verte: les remarques de la FEB sur le verdissement des voitures de société

Voitures hybrides, électricité verte: les remarques de la FEB sur le verdissement des voitures de société
Belga

Le comité ministériel restreint a dégagé, dans la nuit de lundi à mardi, un accord sur le principe du verdissement du parc des voitures de société. La Fédération des entreprises de Belgique (FEB) salue un compromis honorable mais relève quelques points d’attention.

> Voitures de société: seuls les véhicules électriques bénéficieront d’un avantage fiscal

D’après l’accord, à partir de 2026, tout nouveau véhicule d’entreprise devra être sans émission de CO2 pour pouvoir encore bénéficier d’une déductibilité fiscale. Celle-ci sera équivalente à 100% en 2026, puis dégressive pour atteindre 67,5% en 2031. Des avantages fiscaux pour encourager l’installation de bornes de recharge et une simplification du budget mobilité figurent également au programme.

«Concernant le verdissement du parc de voitures de société, il s’agit d’un compromis réalisable car le plan s’étale sur le court et sur le long terme avec des délais raisonnables pour s’y adapter», réagit la fédération patronale. Celle-ci regrette néanmoins qu’après 2026, les hybrides ne puissent plus faire partie du système, au moins provisoirement. «En outre, les véhicules utilitaires ne sont plus visés par la réforme.»

L’adaptation du budget mobilité va elle dans le bon sens en apportant un assouplissement des règles actuelles, selon la FEB.

Sortie du nucléaire

Par contre, la fédération s’interroge sur nos capacités énergétiques. «Electrifier les voitures de société et disposer de plus de bornes de recharge accessibles est une chose, mais s’assurer qu’il y a suffisamment d’électricité pour un parc important de véhicules électriques et que le réseau s’adaptera rapidement pour permettre leur recharge en est une autre...» Ceci pose à nouveau la question du maintien de la sortie du nucléaire.

Enfin, «obliger les particuliers à consommer de l’électricité verte pour bénéficier de l’avantage fiscal lors de la mise en place d’une borne de recharge à leur domicile n’a pas de sens, tenant compte notamment de tous les autres mécanismes existants (ex: le système d’échange de quotas d’émission de l’UE, NDLR), avance encore l’organisation patronale.

La FEB précise qu’elle prendra le temps d’examiner en détail le contenu de cet accord et ses conséquences potentielles, notamment en termes de charges administratives supplémentaires.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous