Nouveau calendrier scolaire: les inquiétudes du front commun syndical de l’enseignement

B9727014069Z.1_20210512142528_000+G01I454U2.1-0
Belga

Le gouvernement de la Fédération Wallonie-Bruxelles s’est accordé mercredi sur une réforme des rythmes scolaires sur base annuelle. Dès 2022, les vacances d’été de la maternelle jusqu’en fin de secondaires seront ainsi raccourcies, tandis que les congés de Toussaint et Carnaval seront, eux, doublés.

> Réforme des vacances scolaires : voici le calendrier complet pour les prochaines années (infographie)

La réforme s’appuie sur un modèle fait de 7 semaines entières de vacances estivales, et de 2 semaines à la Toussaint, à Noël, à Carnaval et à Pâques.

Dans un communiqué, le front commun syndical de l’enseignement rappelle que les organisations syndicales ne se sont jamais opposées à une réforme des rythmes scolaires annuels dans l’optique d’aboutir à une alternance 7 semaines de cours et 2 semaines de congé.

Les organisations syndicales dénoncent cependant « l’accélération brutale et le travail à la hussarde dans un contexte de crise sanitaire particulièrement chronophage et anxiogène. » Les réformes dans l’enseignement se succèdent sans être ni évaluées ni remises en question, estiment-elles.

Cette réforme ne s’appliquera qu’en Fédération Wallonie-Bruxelles uniquement, la Flandre n’entendant pas réformer ses rythmes scolaires. « Le fait que l’ensemble des communautés du pays ne réforment pas les rythmes annuels au même moment engendre les plus vives inquiétudes, notamment dans les régions limitrophes où les enseignants partagent parfois leur charge entre les communautés », souligne encore le front commun syndical, qui liste une série de questions (sur les internats, l’évaluation de la réforme, l’offre de transports publics, la politique d’accueil extrascolaire, etc.) sur cette réforme et exige une « véritable concertation » afin d’y répondre.

En 2022, la rentrée scolaire n’interviendra donc plus le 1er septembre comme ce fut le cas pendant des décennies, mais bien le lundi 29 août. Et l’année scolaire s’achèvera non plus le 30 juin, mais le vendredi 7 juillet 2023. Etudiée depuis longtemps, cette réforme, portée par la ministre de l’Education Caroline Désir (PS), vise à mieux coller aux rythmes naturels des enfants et soutenir ainsi les processus d’apprentissages.

 
 
À la Une du Soir.be
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous