Chasse à l’homme dans le Limbourg: un militaire a menacé Marc Van Ranst

Le virologue flamand Marc Van Ranst et sa famille ont été transférés dans un lieu sûr mardi, a confirmé le principal intéressé à Belga. La raison en est la chasse à l’homme, dans le Limbourg, d’une personne armée qui aurait proféré des menaces à l’encontre du scientifique. Le parquet fédéral a repris le dossier.

L’individu a récemment proféré des menaces à l’encontre de certaines cibles. Raison pour laquelle le signalement de l’individu armé a été pris au sérieux et la police est entrée en action, a indiqué Eric Cenens, le commissaire et porte-parole de la zone de police Kempenland.

Une trentaine de personnes de cette même zone de police ont lancé une vaste opération de recherche pour retrouver l’homme, qui se poursuivait en début de soirée mardi. On pense qu’il s’est déplacé en direction de Beringen, vers Hasselt, Pelt et davantage vers le nord-est de la province du Limbourg. Les unités spéciales de la police fédérale ont également été informées et se tiennent prêtes à éventuellement intervenir si l’individu est localisé.

L’opération de recherche a depuis été reprise par le parquet fédéral. « Il s’agit d’un homme d’une quarantaine d’années qui a reçu une formation militaire », précise le porte-parole du parquet fédéral, Eric Van Duyse. « On craint qu’il ait l’intention de commettre un acte de violence, contre lui-même ou contre d’autres personnes, mais les cibles exactes possibles ne sont pas encore claires. »

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous