Accueil Monde Asie-Pacifique

Chine: le témoignage puissant d’une rescapée ouïghoure à la Chambre

Malgré des menaces, Qelbinur Sidiq est venue raconter aux députés de la commission des Relations extérieures ce qui se passe au Xinjiang.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Monde Temps de lecture: 4 min

La police chinoise exige que je ne m’exprime plus, elle m’a fait savoir ces deux dernières semaines que je ne devais pas prendre la parole devant cette commission, sinon ma sœur et mon frère (toujours en Chine) en paieraient les conséquences. Elle a aussi exigé que je revienne tout de suite en Chine ». Le témoignage de Qelbinur Sidiq, une institutrice ouïghoure réfugiée aux Pays-Bas, qui avait été forcée en 2017 à enseigner le chinois dans des camps de rééducation au Xinjiang, était l’un des plus attendus.

Le 4 mai dernier, elle avait déjà fait le déplacement vers Bruxelles pour participer aux auditions organisées par la commission des Relations extérieures de la Chambre belge à propos de la situation des Ouïghours dans le Xinjiang. Mais une cyber-attaque avait paralysé le système de visioconférence du parlement belge et les auditions avaient dû être annulées.

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

6 Commentaires

  • Posté par Lombard Fernande, vendredi 21 mai 2021, 22:39

    Toutes les enquêtes des organismes internationaux, donc sous la coupe des structures de l'OTAN l'ont été à charge. Il n'y a aucun intérêt pour la Chine à s'y soumettre...

  • Posté par Joute Dodo, lundi 24 mai 2021, 11:22

    .Les chinois ont bien appris d'hitler: mentir toujours et encore, il en restera bien quelque chose. Comme votre copain et chef poutine qui pratique le mensonge au quotidien. Aucune raison de trouver des éléments à décharge: les chinois et les russes mentent suffisamment pour se défendre.

  • Posté par Frippiat Yves-Marie, mercredi 19 mai 2021, 9:26

    Quelle misère de lire de tels témoignages accablants et, en même temps, de devoir se demander si tout cela ne s'inscrit pas dans une campagne de dénigrement du pouvoir chinois, méthodiquement orchestrée. Il serait pourtant si simple - dans un monde idéal - d'organiser une vraie Commission d'enquête internationale sous l'égide de l'ONU et d'y aller voir. Manière la plus incontestable, pour la Chine, de démontrer la fausseté des accusations formulées, si de fait elles ne sont pas fondées. Mais bien sûr, dans le monde réel, ça n'arrivera pas.

  • Posté par Joute Dodo, lundi 24 mai 2021, 11:17

    Quelle misère de voir à quel point certains ne croient pas encore au génocide des ouighours par xijinping et sa clique de malfaiteurs. A quoi bon une enquête de l'ONU? Les membres du gouvernement chinois mentent comme des arracheurs de dents. C'est à cause de leurs mensonges que nous avons cet épouvantable covid dans le monde entier!

  • Posté par Vigneron Gérard, mercredi 19 mai 2021, 10:32

    BV lire: a laissé! merci

Plus de commentaires

Aussi en Asie-Pacifique

Voir plus d'articles
La Une Le fil info Commentaires Partager

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs