Accueil Monde Proche-Orient

Conflit israélo-palestinien: la France propose une résolution à l’ONU pour un cessez-le-feu

La France a proposé mardi une résolution au Conseil de sécurité de l’ONU, en coordination avec l’Egypte et la Jordanie.

Temps de lecture: 4 min

La France a proposé mardi une résolution au Conseil de sécurité de l’ONU, en coordination avec l’Egypte et la Jordanie, qui demande un cessez-le-feu dans le conflit entre Israël et Gaza, prenant le risque de braquer les Etats-Unis.

Lors d’une rencontre entre les présidents français Emmanuel Macron et égyptien Abdel Fattah Al-Sissi et, par visioconférence, le roi Abdallah II de Jordanie, « les trois pays se sont mis d’accord sur trois éléments simples : les tirs doivent cesser, le moment est venu d’un cessez-le-feu et le Conseil de sécurité de l’ONU doit se saisir du sujet », via une résolution, a indiqué l’Elysée.

Lors d’une réunion à huis clos du Conseil de sécurité, la quatrième en huit jours, la France a parlé de ce projet de résolution, selon des diplomates à New York.

Mardi soir, plusieurs pays membres du Conseil de sécurité ont indiqué à l’AFP n’avoir cependant pas encore reçu le texte français, qui serait « court et simple », selon une source diplomatique.

Outre un appel à une « cessation des hostilités », il demanderait « d’accorder un accès humanitaire pour les gens qui en ont besoin », a expliqué un autre diplomate sous couvert d’anonymat.

A la question de savoir quand la France pourrait demander un vote au Conseil de sécurité, un diplomate, s’exprimant lui aussi sous couvert d’anonymat, a répondu : « Le plus tôt sera le mieux. »

La France, qui appelle à un cessez-le-feu rapide depuis plusieurs jours, a indiqué soutenir une médiation menée par l’Egypte. Emmanuel Macron et son homologue égyptien, présent deux jours à Paris pour un sommet sur les économies africaines, se sont entretenus longuement lundi à ce sujet et ont décidé mardi de solliciter l’appui de la Jordanie.

Le président français s’est aussi entretenu avec son homologue tunisien, Kaïs Saied, dont le pays siège actuellement comme membre non permanent au Conseil de sécurité et qui représente à ce titre le monde arabe.

Veto américain

La proposition de résolution française intervient alors que le Conseil de sécurité de l’ONU est bloqué depuis huit jours par les Etats-Unis sur l’adoption d’une simple déclaration sur le conflit, selon des sources diplomatiques. Washington en a refusé trois proposées par la Chine, la Tunisie et la Norvège.

Lors d’une réunion à huis clos, « nous avons entendu la proposition faite par notre collègue français au Conseil et, pour la Chine, assurément, nous soutenons tous les efforts facilitant une fin de crise et un retour de la paix au Proche-Orient », a déclaré à quelques journalistes l’ambassadeur chinois à l’ONU, Zhang Jun, président en exercice en mai du Conseil.

L’ambassadeur chinois a précisé que le dernier texte de la déclaration proposée par son pays, la Norvège et la Tunisie, rejeté encore lundi par les Etats-Unis, restait sur la table du Conseil de sécurité.

Outre le soutien explicite de la Chine au projet de résolution de la France, la Russie est encline aussi à adopter le texte, a indiqué à l’AFP l’ambassadeur russe adjoint à l’ONU, Dmitry Polyanskiy.

Fin 2017, une résolution avait été soumise au Conseil de sécurité de l’ONU sur le statut de Jérusalem après sa reconnaissance comme capitale d’Israël par l’ex-président Donald Trump.

Les Etats-Unis avaient mis leur veto au texte, qui avait ensuite été soumis à l’Assemblée générale. Il avait alors été adopté à une large majorité des 193 pays membres, avec 128 Etats en sa faveur, 9 contre et 35 abstentions après de très fortes pressions américaines.

Jeudi, plusieurs ministres des Affaires étrangères de pays membres sont attendus à l’Assemblée générale de l’ONU pour un débat organisé en urgence et en personne à 14 h GMT sur le conflit israélo-palestinien, auquel doit participer le secrétaire général Antonio Guterres.

Parmi les pays annoncés au niveau ministériel figurent l’Egypte, la Turquie, la Jordanie, le Pakistan, la Tunisie ou l’Algérie, qui préside actuellement le Groupe des Etats arabes à l’ONU.

Nouveaux raids de l’aviation israélienne dans la bande de Gaza

Les affrontements entre Israël et le Hamas palestinien se sont poursuivis dans la nuit de mardi à mercredi. L’aviation israélienne a continué de frapper l’enclave palestinienne de Gaza, selon un correspondant de l’AFP sur place.

Au moins 217 Palestiniens, dont 63 enfants, ont été tués dans des raids israéliens depuis le 10 mai, selon le ministère de la Santé de Gaza. Dans le même temps, douze Israéliens ont été tués par des tirs de roquettes palestiniennes, selon la police israélienne. Par ailleurs, selon les autorités palestiniennes, les forces israéliennes ont tué 24 Palestiniens en Cisjordanie depuis le 10 mai.

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

23 Commentaires

  • Posté par Deckers Björn, mercredi 19 mai 2021, 12:41

    Agathe, ne faites pas semblant de ne pas comprendre. Pour l'instant, comme en apartheid, Israël occupe les territoires de Cisjordanie et les populations occupées n'ont pas la même droits que les Israéliens, en particulier, ils n'ont pas le droit de vote. Voilà ce qui rapproche la situation de l'Apartheid en Afrique du Sud. Et par ailleurs, une "démocratie" où tous les citoyens majeurs n'ont pas le droit de vote n'est pas une démocratie. Si Israël veut aller jusqu'au bout des choses, il faut donner les mêmes droits constitutionnels aux populations occupées, à commencer par le fait de ne pas pouvoir être éjecté de son domicile (depuis quand c'est "démocratique" ça???). Quand les droits seront égaux pour les populations des territoires occupés alors on pourra parler de démocratie. Pour l'instant, le terme est usurpé et oui, on est dans un système comparable à l'apartheid.

  • Posté par Staquet Jean-Marie, mercredi 19 mai 2021, 12:32

    Ce qui ressort dans cette crise, comme l'ont fait remarquer des diplomates, c'est que manifestement, Biden poursuit la politique de désengagement d'Obama et Trump et même l'accélère. C'est une nouvelle donne en soi.

  • Posté par De Pauwer Agathe, mercredi 19 mai 2021, 11:02

    Destruction des Ouïghours. Destruction des Rohyngas. Massacres interethniques en Inde, au Pakistant, en Afghanistan. Guerre et atrocités au Yemen. Oppression dictatoriale en Iran, en Égypte, en Libye, au Soudan. Terrorisme aveugle au Sahel. Sans parler des attentats en France, en Belgique, au Royaule Uni, en Russie, etc. tous perpétrés par des musulmans. Pas de réaction internationale, pas de "résolution de nouvel an", passivité des pays arabes et musulmans. Mais un prof qui montre un dessin en France ! Là on les entend : c'est un drame impardonnable ! Mais Israël réplique à des attaques terroristes bien plus meurtrières ? Haro sur les Juifs, et sur Israël seule démocratie dans la région, donc tache inacceptable sur l'honneur musulman ! Et pourtant cela fait bien moins de morts que les guerres et massacres susdits...

  • Posté par Patrick Yamedjeu, mercredi 19 mai 2021, 12:31

    @ Mme Agathe de Pauwer: Musulman n'est pas synonyme de terroriste. Par contre, je peux vous dire qu'il y a beaucoup de similitudes entre le comportement d'Israel actuel et celui de l'Afrique du Sud du temps de l'apartheid. Si on se dit démocratique comme vous l'écrivez, on ne s'approprie pas illégalement des terrains des autres sur la seule raison qu'ils sont arabes. Un tel comportment venant d'un pays dont les descendants ont subi une des pires horreurs jamais imaginées est difficile à comprendre.

  • Posté par Selma Karabelen, mercredi 19 mai 2021, 12:03

    Agathe, vous m'avez l'air bien désorientée mdrrr

Plus de commentaires

Aussi en Proche-Orient

Voir plus d'articles
La Une Le fil info Commentaires Partager

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs