Levée de fonds: Cohabs ne s’arrête plus

Levée de fonds: Cohabs ne s’arrête plus
D.R.

Créée en 2016, Cohabs est présent aujourd’hui dans 3 villes (Bruxelles, Paris et New York) et propose 750 chambres à la location de courte et de moyenne durée.

Cohabs est entièrement financée par des investisseurs publics et privés belges. On y trouve notamment les partenaires historiques comme AG Real Estate et Alphastone. Assurance fédérale et finance.brussels ont rejoint l’équipe.

Les ambitions de croissance sont concentrées sur 4 villes, les 3 précitées auxquelles s’ajoute Madrid avec comme objectif un portefeuille de 2.000 chambres d’ici à 2022.

Cohabs explique également s’intéresser dorénavant au public à bas revenu. D’ici fin 2022, cette clientèle devrait représenter 7 % du portefeuille. Une attention particulière sera également apportée à la clientèle plus âgée car la cohabitation concerne aujourd’hui un public beaucoup plus large qu’à l’origine.

Cohabs a été fondée par Youri et Malik Dauber ainsi que François Samyn. Le trio détient toujours 60 % des actions.

 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Pas de stade vide à Tokyo, mais un max de 10.000 fans.

    Jeux olympiques de Tokyo: une jauge de 50% de spectateurs appliquée

  2. Dans «Désobéir», Julie Berès et son équipe sondent les rêves et les révoltes de jeunes femmes. A Namur en août. © Axelle De Russé.

    Le théâtre en festivals cet été à Namur et Liège

  3. BELGIUM BODY ARMED SOLDIER FOUND

    Comment fait-on parler un cadavre? Un médecin légiste explique

La chronique
  • La chronique «Alternatives» sur les élections régionales en France: malheur aux non-sortants

    C’est le vrai coup de tonnerre des élections régionales qui viennent de se dérouler en France : l’extrême droite qui a réalisé un score bien en dessous de ses espoirs ne conquerra sans doute aucune région, même pas la Provence-Côte d’Azur que tous les sondages lui attribuaient.

    L’autre grande leçon, sinistre celle-là, de ce scrutin, c’est l’ampleur abyssale de l’abstention. 67 %. Contrairement à ce que je craignais, même les extrêmes, réputées plus mobilisées, se sont massivement abstenues, d’où la contre-performance du lepénisme et l’effondrement de l’extrême gauche mélenchoniste. 33 % seulement des électeurs, un tiers de l’électorat, se sont déplacés, ce qui signifie, par exemple, que la candidate socialiste en Ile-de-France, soutenue par la maire de Paris Anne Hidalgo, n’a obtenu que 3 % des inscrits, et les candidats macronistes dans le Nord-Pas-de-Calais, moins de 3 %.

    Qui, malgré ce désastre démocratique, a gagné ?

    Les sortants. Tous les sortants. Quelle que...

    Lire la suite

  • La menace «Jürgen Conings» est levée, pas celle de l’extrême droite

    Des brigades canines, un hélicoptère de combat, des caméras thermiques, l’armée, la police fédérale et locale : tout ce déploiement pour que, in fine, un bourgmestre faisant du VTT et un chasseur du dimanche, alertés par une odeur de cadavre, permettent de localiser un corps en décomposition. Quelle lourde angoisse rétrospective en pensant que ces quidams se livrant à leurs hobbys auraient pu croiser le militaire le plus recherché de Belgique et lourdement armé ! On retiendra que ce serait Jürgen Conings lui-même qui s’...

    Lire la suite