Accueil Belgique Politique

La Belgique pour des sanctions visant Israël? L’option fait débat dans la Vivaldi

En kern mercredi, autour de Sophie Wilmès, il a été question de la « politique de différenciation » frappant les produits émanant des territoires occupés par Israël. Plusieurs – Pierre-Yves Dermagne s’avance – poussent à l’adoption de sanctions. Les libéraux y sont défavorables, « ce n’est pas à l’ordre du jour ».

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Politique Temps de lecture: 4 min

La Belgique a une capacité d’action limitée, mais elle ne reste pas au balcon. C’est l’esprit du kern – comité ministériel restreint – qui s’est déroulé mercredi autour de Sophie Wilmès (MR), ministre des Affaires étrangères, et le Premier ministre libéral Alexander De Croo. L’inaction est d’autant moins l’option que l’accord de gouvernement Vivaldi prévoit, en des termes moyennement clairs mais c’est écrit, des « contre-mesures » eu égard aux politiques mises en œuvre par le gouvernement israélien qui sont contraires au droit international, on pense à l’occupation des territoires palestiniens, l’intensification de la colonisation.

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

44 Commentaires

  • Posté par Delpierre Bernard, jeudi 20 mai 2021, 16:19

    C'est hélas un terroriste juif qui a liquidé Rabin et ruiné les efforts réels de pacification et d'ouverture avec les ressortissants arabes...Ceci étant , le Hamas vivant des subventions venues d'Iran et du Qatar utilise les habitants de Gaza comme bouclier humain , ne distribue (mais fort peu) qu'à ceux qui lui sont soumis, n'a jamais prôné le dialogue mais la lutte totale et par tous les moyens pour détruire Israël et ses habitants; dans ces conditions , aucune avancée n'est possible et il serait suicidaire pour un chef d'Etat de rester dans la défensive devant de tels fanatiques (même si cela lui permet d'occulter les casseroles qu'il traîne derrière lui)

  • Posté par Brand M., jeudi 20 mai 2021, 15:26

    Heureusement que ce n'est pas dans les forums que se décide la politique belge ... Des sanctions économiques ? La Belgique s'y est essayée contre la Russie... De nombreux pans de l'économie belge continuent de souffrir encore aujourd'hui du retour de manivelle russe ! La lutte anti-terroriste européenne est fortement aidée par Israël et ses technologies, j'aimerais bien que les journalistes du Soir listent quelques-uns des avantages que la Belgique risque de perdre si elle perd sa neutralité dans ce conflit. Autre point, boycotter les produits des territoires occupés/administrés palestiniens ... Est-ce que cela ne ferait pas perdre à ces ouvriers palestiniens leurs seuls revenus ?

  • Posté par Meersman Olivier, jeudi 20 mai 2021, 12:31

    Depuis 70 ans le 'monde' ferme les yeux sur les (ex)actions des colons (avec l'aval de l'Etat), celui qui crois/espères que ça va changer se met le doigt dans l'oeil... que dis-je, le bras !

  • Posté par GROSFILS ALAIN, jeudi 20 mai 2021, 7:48

    La non-différentiation entre l’occupant et l’occupé en Palestine de la part de Georges-Louis Bouchez mine l’image de son parti. En 1940, il aurait aussi été pour les nazis qui occupaient la Belgique sous prétexte d’équilibre ? je pense que je ne vais plus voter libéral s’il reste à la tête de ce parti pro-sioniste.

  • Posté par Demaseure Thierry, jeudi 20 mai 2021, 5:29

    Petit extrait de Wikipédia pour rappel : "Selon certains analystes, les Frères musulmans palestiniens étaient financés pendant les années 1970 et 1980 directement et indirectement, au titre d'organisation caritative, par différents États comme l'Arabie saoudite et la Syrie, financements qu'Israël a laissé faire car à l'époque ils n'étaient qu'un mouvement religieux sans actions militaires et ne pratiquant pas d'attentats terroristes contre Israël à la différence de diverses branches de l'OLP. Selon l'historien Zeev Sternhell, c'est même Israël qui a créé le Hamas, « en pensant que c'était intelligent de jouer les islamistes contre l'OLP ». L'État hébreu, par ailleurs, a officiellement reconnu ce bras politique et caritatif des Frères musulmans probablement au printemps 1978. Les activités du groupe se déclinent autour de projets religieux et dans une intense action sociale et communautaire. Au milieu des années 1980, les Frères musulmans palestiniens évoluent sous l'influence d'Ahmed Yassine. A l'époque ils sont favorisés par le gouvernement israélien, qui emprisonne ses opposants du Fatah, comme Mohammed Dahlan. Mais Ahmed Yassine commence à prôner l'action armée contre « l'occupant hébreu », et il est emprisonné par l'État israélien en 1989 pour meurtre et incitation à la violence, puis relâché au cours d'un échange de prisonniers." En fait, c'est Israël qui, plus que jamais est maître du "jeu", mais Netanyahu et l'extrême-droite qui lui est alliée ne veulent pas la paix. Leurs intérêts rencontrent ainsi ceux de leur "meilleur" ennemi le Hamas. Dans ces conditions, faire pression sur Israël n'est pas une prise de position envers le Hamas, mais bien en faveur de la paix ... Quant à GLB, il se montre ainsi encore une fois champion de la langue de bois !

Plus de commentaires

Aussi en Politique

Voir plus d'articles
La Une Le fil info Commentaires Partager

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs