Accueil Économie Entreprises

Le sponsoring des Diables rouges: une affaire d’argent, d’image et de marques sous strict contrôle

Dans le club très fermé des 12 sponsors principaux de l’équipe nationale, on vit l’Euro comme l’occasion de doper les ventes et de toucher des consommateurs d’ordinaire difficiles d’accès.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Economie Temps de lecture: 7 min

Sur des cannettes de bière, dans des pubs pour voitures à la télé, à l’entrée de supermarchés, dans des contenus commerciaux sur les réseaux sociaux, au moment de mordre une barre de chocolat, en librairies quand on joue à la loterie, … A moins d’un mois du championnat d’Europe de football, vous allez – et vous êtes déjà en train de – voir, boire et manger les Diables rouges à toutes les sauces. C’est que l’équipe nationale, au sommet de la vague, constitue plus qu’un acteur sportif susceptible de faire vibrer les Belges. C’est aussi une marque. Mieux : une marque forte et unique. Cela, l’Union belge de football, qui cultive savamment l’image de la génération des Lukaku, Hazard, Witzel et autre De Bruyne depuis une décennie, le sait mieux que personne.

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Entreprises

Voir plus d'articles
La Une Le fil info Commentaires Partager

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs