Accueil Monde Asie-Pacifique

Ouïghours: les députés face aux devoirs liés au droit international

Deux juristes ont tenté d’éclairer les membres de la commission des Relations extérieures de la Chambre sur la réponse à apporter à la répression en cours au Xinjiang.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Monde Temps de lecture: 4 min

Y a-t-il un génocide des Ouïghours en cours au Xinjiang ? Ou un risque de génocide ? Que doit faire la Belgique à ce propos ? Ces questions ont été au centre de la deuxième journée d’auditions organisées ce mercredi par la commission des Relations extérieures de la Chambre. Elles ont permis aux députés d’écouter l’analyse de deux juristes aguerris : la baronne Helena Kennedy, avocate et experte en matière de droits humains, membre (travailliste) de la chambre des Lords du Royaume-Uni, et le professeur François Dubuisson du Centre de droit international de l’ULB.

« En examinant tous les actes de persécutions qui ont été menés contre les Ouïghours, la Chambre des Communes (du parlement britannique) a conclu (le 22 avril dernier) qu’un génocide est bien en cours au Xinjiang. Il est normal d’hésiter avant d’utiliser la qualification de génocide : il s’agit du crime ultime », a expliqué Helena Kennedy aux députés belges.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Asie-Pacifique

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs