Accueil Société

Quatre médecins sur dix sont proches du burn-out

Selon une enquête du « Journal du Médecin », l’épuisement guette les médecins, surtout les spécialistes en formation. Les semaines de 60, 70 heures, voire plus pour certains, se succèdent.

Article réservé aux abonnés
Chef du service Société Temps de lecture: 5 min

Nous négligeons encore l’attention que nous nous portons. » Quand il emploie le « nous », Geert Dom, professeur de psychiatrie à l’université d’Anvers, ne parle pas des citoyens lambda mais bien de ses confrères belges, médecins spécialistes et généralistes, néerlandophones ou francophones.

Début d’année, environ 4.500 d’entre eux ont répondu à une enquête qu’il a mise au point, diligentée pour le compte du Journal du Médecin.

D’emblée, deux chiffres frappent les esprits. D’abord, on voit que quatre médecins sur dix présentent des signes d’épuisement professionnel. Ensuite, quand on isole les généralistes et les spécialistes en formation – les « assistants » qui réclament désespérément depuis des semaines de meilleures conditions de travail au point de menacer de partir en grève –, on constate que les signes d’épuisement les touchent à 60 %.

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

9 Commentaires

  • Posté par ADAM Jean-Victor, jeudi 20 mai 2021, 10:01

    Ils peuvent changer de métier ! Il faut rester pro-actif comme en informatique. Un jour programmeur, un autre team-leader, un autre chef e projet, ...Saisir les opportunités du moment et ne pas s'accrocher à une spécialité en perte de vitesse !

  • Posté par du Coche LaMouche, jeudi 20 mai 2021, 10:12

    Je me demande quel métier... Vétérinaire ? Si l'informatique se prête aux changements, la médecine, c'est autre chose. A quoi bon suivre un cursus de 13 années pour devoir entendre de tels propos. Lire de telles inepties proférées à l'emporte-pièce par quelqu'un qui ne connaît sans doute rien à la situation donne une bonne idée du niveau général de certains sur les fora et les réseaux sociaux

  • Posté par du Coche LaMouche, jeudi 20 mai 2021, 9:49

    Je connais très bien (trop) une Macs et je sais donc très bien de quoi on parle ici... Quelques exemples... Départ à 7h30 et retour à 19h30. Gardes de 8h00 à 8h00 avec souvent deux heures complémentaires pour boucler la paperasse et transmettre les dossiers à la relève. Terreur permanente quand on se trouve sans superviseur et qu'on doit prendre à 25 ans des décisions de vie et de mort. Affectation à un nombre de patients double du nombre limite recommandé par manque de personnel. Elle est à bac + 10 et gagne la même chose qu'un master en gestion ou en lettres (bac + 5) qui travaille 38 heures maximum. Interdiction de prendre deux semaines de congés d'affilée. Rappelable en cas de nécessité. Les heures de WE ne comptent pas comme heures supplémentaires. Obligation de déménager chaque année de manière presque aléatoire (Tournai, Mons, Namur, Gosselies, Dinant, Arlon, Bruxelles, Ath ????) et impossibilité d'acheter une maison. Vie sentimentale en lambeaux. Qui accepte de vivre avec une nomade ? Tyrannie de nombreux "patrons" qui exigent sous la menace (muette, mais ô combien réelle) d'un rapport et d'une évaluation défavorables en fin d'année de stage. Le public ignore tout de ces jeunes que l'on exploite chaque jour et sans lesquels tous les hôpitaux ferment leurs portes demain matin. Beaucoup des médecins que vous côtoyez dans ces hôpitaux sont des assistants (c'est noté sur leur badge). Quand vous en verrez-un, sachez qu'il a sacrifié toutes ses années de jeunesse à un idéal et que le reste de sa vie privée, familiale, sentimentale est laissé de côté. Je les respecte et les admire..

  • Posté par Jaspers Marie, jeudi 20 mai 2021, 14:38

    Je vous remercie pour la diffusion de ces précieuses informations sur la vie "idéalisée" des médecins et des pharmaciens. Une de mes filles est médecin, donc je connais. Il n'en est pas de même du citoyen lambda qui devient de plus en plus exigeant et critique à l'égard de la profession.Beaucoup critiquent le "salaire" des médecins sans prendre en compte le nombres d'heures presté. Il serait intéressant qu'une enquête soit réalisée pour donner une idée du salaire horaire des généralistes, par exemple.

  • Posté par Legarou Marcel, jeudi 20 mai 2021, 9:38

    Si on compte les heures passées en déplacement, nombre de personnes font pas loin de 12 heures par jour, càd 60 heures semaines. Ajoutez à celà qu'une aide soignante ou une puéricultrice, un ouvrier, un éducateur n'ont pas forcément les moyens de s'offrir les services d'une femme de ménage ou d'une repasseuse, qu'ils payent souvent un loyer, quand ils ne font pas un 2eme boulot après les heures pour tenir le coup financièrement (pas pour payer la piscine, le golf et le tennis, ou les vacances dans une villa toscane) , vous comprendrez aisément qu'à la question : avez-vous encore de l'énergie pour mener vos activités de loisir après le travail, bon nombre vous rirons au nez. Idem quant à la prise de paracétamol. Mais bon, c'est un peu comme aux Etats-Unis, une minorité friquée détient de plus en plus les rennes du pouvoir, et de l'information. Alors si ça change, ça ne sera pas en mieux.

Plus de commentaires

Aussi en Société

Voir plus d'articles
La Une Le fil info Commentaires Partager

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs