Accueil Société

Chasse à l’homme en Flandre: des véhicules blindés viennent en appui au dispositif de recherche

Instructeur à l’armée, Jurgen Conings est fiché en tant que sympathisant de l’extrême droite.

Temps de lecture: 3 min

Des véhicules militaires blindés viennent s’ajouter au dispositif de recherche du soldat fugitif et armé Jurgen Conings à Maasmechelen. Deux de ces véhicules se sont rendus mercredi soir dans le domaine naturel du parc national de Haute Campine, Mechelse Heide, avant de le quitter à nouveau.

La police et les militaires restent massivement déployés à la porte d’entrée « De Salamander » du parc pour cette chasse à l’homme, appuyés par des forces des unités spéciales ou encore les services de soutien canin.

Les services de déminage se sont aussi à nouveau présentés plus tard dans la soirée de mercredi, comme ce fut le cas mardi soir.

Le suspect aurait en effet laissé une grenade attachée à des fils dans son véhicule découvert mardi et qui menaçait d’exploser si les portières étaient ouvertes.

C’est un chasseur qui a repéré le véhicule du militaire dans les bosquets d’une forêt de Dilsen-Stokkem. Un camarade de ce chasseur, venu regarder de plus près, avait par ailleurs eu les pneus de son véhicule transpercés par des chausse-trappes.

Portrait-robot

La police fédérale a diffusé mercredi un avis de recherche avec photo, expliquant que le militaire d’1 m 80, chauve et musclé, avait disparu lundi « après s’être rendu à son travail », où il s’est vraisemblablement équipé en armes.

BELGIUM-POLICE-MANHUNT

Le Premier ministre Alexander De Croo a jugé « inacceptable » qu’un homme fiché comme proche de l’extrême droite puisse être « actif dans la Défense et avoir accès à des armes ».

Et la ministre de la Défense Ludivine Dedonder, qui a également dû s’expliquer, a promis une enquête interne au sein de l’armée afin que cela ne se reproduise plus.

C’est en tant qu’« instructeur » dans une base militaire que M. Conings avait accès à des armes malgré son profil, a dit Mme Dedonder.

Il est considéré comme dangereux notamment parce qu’il « a laissé deux lettres avec des éléments inquiétants », a précisé à l’AFP un porte-parole du parquet fédéral, évoquant des menaces pesant sur « les structures de l’Etat et des personnes publiques ».

Parmi ses cibles potentielles figure le virologue Marc Van Ranst, devenu la bête noire des « antimasques » pendant la crise du coronavirus. Déjà sous protection policière, le scientifique a été placé dans un lieu sûr avec sa famille.

Fiché

Jurgen Conings compte parmi la « trentaine » de membres de l’armée belge surveillés par les services du renseignement militaire pour leurs « sympathies » avec l’extrême droite, selon des sources officielles.

Pour la même raison, il est également fiché par l’Ocam, l’organisme belge chargé de l’analyse de la menace terroriste.

Sur son compte Twitter, ce membre de l’armée de l’air se présente avec une photo torse nu affichant ses tatouages. Il s’y décrit comme aimant « le fitness, le body-building et la boxe ».

À lire aussi Jurgen Conings, une cavale qui met en cause le suivi des radicaux dans l’armée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

1 Commentaire

Aussi en Société

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

Geeko Voir les articles de Geeko