Accueil Société

Coronavirus: le risque d’un remplacement de lignée virale

Plus contagieux, les variants indiens pourraient rapidement devenir majoritaires au Royaume-Uni. En Belgique, ils ne représentent actuellement qu’environ 1 % des cas détectés, mais une surveillance active est en place.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Société Temps de lecture: 3 min

A chaque variant, son qualificatif d’origine – appellation communément utilisée mais contestée par le monde scientifique. Si le variant « indien » doit son nom au fait qu’il a été repéré en Inde pour la première fois en octobre de l’année dernière, où il semble en partie lié à l’explosion de l’épidémie, les scientifiques lui préfèrent le nom de « B.1.617.1 » ou « B.1.617.2 » (correspondant à chacune de ses lignées qui partagent certaines mutations mais pas d’autres). « En réalité, il n’y a pas un variant indien, mais des variants indiens », explique le microbiologiste Emmanuel André (KULeuven), responsable du plan national de surveillance génomique en Belgique. Il y a même une troisième lignée, mais elle n’a été que très peu détectée en dehors de l’Inde, où elle est minoritaire.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Société

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs