Accueil Monde France

France: la droite, déjà fragilisée, replonge dans les haines recuites

Au procès Bygmalion, les clans se déchirent encore. Haro sur Jean-François Copé alors que l’audience s’ouvre enfin.

Article réservé aux abonnés
Envoyée permanente à Paris Temps de lecture: 3 min

Cette fois, il n’a pas fait le déplacement. Rien ne l’y contraignait. Nicolas Sarkozy, déjà condamné à trois ans dont un ferme pour corruption dans l’affaire des écoutes, ne s’est pas assis auprès des treize autres prévenus du procès « Bygmalion » qui s’est ouvert ce jeudi midi devant le tribunal correctionnel de Paris. Dans le prétoire, d’anciens cadres de l’UMP (le parti de la droite rebaptisé depuis Les Républicains) et d’anciens responsables de la société organisatrice d’événements ont pris place pour une audience qui doit durer plus d’un mois.

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

2 Commentaires

  • Posté par Termam Alexis, vendredi 21 mai 2021, 10:22

    J'adore comment il porte son masque, il donne l'impression d'avoir une barbe bien noire comme le pirate de légende.

  • Posté par Deckers Björn, jeudi 20 mai 2021, 21:30

    Je rêve où il ne risque que 3750 euro d'amende? Ben dites donc, à ce train là, ça ne risque pas d'être dissuasif pour les suivants. Il paiera probablement x fois plus en frais d'avocat. Face je gagne, pile tu perds. Quelle rigolade.

Aussi en France

Voir plus d'articles
La Une Le fil info Commentaires Partager

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs