Accueil Société

Coronavirus: deux décès «probablement liés» à l’administration d’un vaccin selon l’Agence fédérale des médicaments

Un lien de causalité avec un vaccin contre le coronavirus est considéré comme probable concernant deux décès. Une première en Belgique.

Temps de lecture: 2 min

Pour la première fois depuis le début de la campagne de vaccination en Belgique, un lien de causalité avec un vaccin contre le coronavirus est considéré comme probable concernant deux décès. C’est ce qui ressort jeudi de l’état des lieux hebdomadaire publié par l’Agence fédérale des médicaments et des produits de santé (AFMPS). Les deux cas concernent le Vaxzevria, le nouveau nom du vaccin produit par AstraZeneca.

Le premier décès est un cas de syndrome d’hyperperméabilité capillaire, une maladie rare où le nombre et la taille des pores des capillaires augmentent, déclenchant une fuite de liquide du sang vers le liquide interstitiel, ce qui entraîne une baisse dangereuse de la pression sanguine. L’autre cas s’est caractérisé par une thrombocytopénie immunitaire, lors de laquelle les patients produisent des anticorps qui se fixent à la surface de leurs propres plaquettes. L’AFMPS considère qu’un lien avec la vaccination au Vaxzevria est «probable» dans les deux cas.

Plus de 14.000 rapports d’effets indésirables

Au 18 mai, l’AFMPS a reçu un total de 14.601 rapports d’effets indésirables faisant suite à une vaccination contre le Covid-19. Au cours de cette période, 3.899.953 personnes ont reçu au moins une dose de vaccin.

Parmi ceux-ci, 4.639 rapports ont été enregistrés dans la base de données européenne de pharmacovigilance Eudravigilance. La grande majorité de ces rapports concernaient de la fièvre, des douleurs musculaires, une sensation de malaise et des réactions au site d’injection. «Ces réactions sont des effets indésirables connus et sont décrits dans la notice. Ces réactions sont normales et indiquent une activation du système immunitaire. Elles disparaissent généralement après quelques jours», indique l’AFMPS.

Pour les vaccins à ARNm (Pfizer/BioNTech et Moderna), ces effets indésirables ont été plus fréquemment signalés après l’administration de la deuxième dose, tandis qu’avec le vaccin d’AstraZeneca, ils ont été le plus souvent rapportés avec la première injection.

L’AFMPS a considéré 3.077 signalements comme sérieux, principalement en raison d’une incapacité temporaire de travailler ou de quitter la maison. Dans 126 cas, des décès ont été signalés. Toutefois, à l’exception de deux cas, aucun lien de causalité formel avec un vaccin n’a été établi.

L’AFMPS demande aux personnes de continuer à signaler les effets indésirables via www.notifieruneffetindesirable.be.

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

16 Commentaires

  • Posté par Raspe Eric, vendredi 21 mai 2021, 23:40

    Comme on pouvait s'y attendre, les mêmes intervenants de ce forum profite des la transparence de l'AFMPS pour dénigrer à nouveau la qualité médicale du vaccin AstraZeneca. Pour vérifier leur dires, j'invite les lecteurs du Soirs à consulter le site de l'AFMPS qui référence les signalement d'effets indésirables liés à la vaccination. Pour la Belgique, 14 décès liés (mais pas forcément causés par) la vaccination avec le Pfizer sur 2341508 personnes vaccinées en date du 9 mai. Pour Moderna, 3 décès sur les 210506 personnes vaccinées. Pour AstraZeneca, 8 décès sur les 986631 personnes vaccinées. Par million de personne vaccinées, cela donne 6 décès pour Pfizer, 14 pour Moderna, et 8 pour AstraZeneca. Prétendre qu'il n'y a pas de signalement de décès avec le Pfizer est faux. Ce vaccin n'est pas franchement plus sûr que l'AstraZeneca. Un des décès attribué au vaccin AstraZeneca est lié à une thrombose atypique. J'ai vérifié sur le site spécialisé Pubmed (https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/) avec les mots clef suivant (thrombocytopenia sars-cov-2 pfizer vaccine) l'existence de descriptions de cas similaires avec d'autres vaccins. Deux références (https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/33606296/,https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC7940863/) indiquent que les thromboses particulières ne sont pas propres au vaccin AstraZeneca mais sont aussi observées avec des vaccins basés sur la technologie ARN quoiqu'à une fréquence très faible. Ces thromboses particulières sont également observées chez les personnes qui développent naturellement la maladie (mots-clef utilisés thrombocytopenia sars-cov-2: https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/33758713/,https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/33816014/,https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/33735911/,https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/33629337/). Le seul point commun entre les trois vaccins et la maladie naturelle, c'est la présence de la protéine S du virus. Comme l'ARN introduit dans nos cellules par la vaccination Pfizer et Moderna n'y reste intact que quelques jours, l'exposition à l'antigène est de très courte durée et de faible intensité. Par contre, l'exposition à l'antigène sera plus importante avec les vaccins basés sur des vecteurs viraux parce que l'efficacité de transfert de l'information génétique est meilleure avec ces vecteurs et que l'inactivation des virus prend plus de temps que la dégradation des ARNs étrangers. Du point de vue biosécurité, les vaccins ARN ont donc un avantage significatif mais présentent aussi un sérieux revers : la durabilité de la réponse immune pourrait être moins élevée avec ces vaccins à cause de cette expression transitoire. Les rappels annuels ou bisannuels nécessaires poseront des gros problème pratique et exigeront une exposition répétée aux risques d'effets secondaires indésirables. Le second décès référencé semble la conséquence d'une perméabilité endothéliale accrue. Encore une fois, la maladie cause aussi ce même genre de dysfonction (https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/32882706/) qui pourrait aussi être lié à l'action de la protéine S. Si cette hypothèse est correcte, les personnes décédées suite à la vaccination auraient également pu faire une forme grave de la maladie et en mourir. Cela place ces décès dans une autre perspective. D'autre effets secondaires mortels ont en plus été identifiés avec le vaccin Pfizer : des myocardites ( https://www.lalibre.be/planete/sante/france-des-cas-de-myocardite-a-surveiller-apres-le-vaccin-pfizer-608c62e2d8ad5816b4eed6b0) et une pancréatite mortelle (https://plus.lesoir.be/370924/article/2021-05-07/astrazeneca-2-nouveaux-cas-de-thromboses-dont-un-deces-en-france#comment-300379). Une recherche sur le site http://www.adrreports.eu/fr/index.html démontre en outre que des signalement de décès consécutifs à leur administration ont été également observés pour les alternatives à la vaccination souvent proposées malgré qu'elles soient inefficaces, l'iverrmectine et l'hcq. Comme tous les signalements de décès après administration des vaccins ne sont pas forcément liés à la vaccination, les cas d'effets secondaires mortels sont très rares et du même ordre pour chaque vaccin (moins de 5 à 10 par million). Ils n'en justifient pas l'abandon. Comme ces arguments solides et vérifiables ont été présentés plusieurs fois en réponse à des commentaires des mêmes intervenants qui récidivent dans leur dénigrement du vaccin AstraZeneca, soit ces intervenants sont stupides et bornés, soit ils ont un intérêt à décrédibiliser les vaccins à vecteur viraux et à favoriser Pfizer. Travaillent-ils pour cette firme ou ont-ils des actions de celle-ci en leur possession?

  • Posté par VAN EYCKEN Jeannine, vendredi 21 mai 2021, 10:24

    Ce problème avec le vaccin astra-zeneca me fait un peu peur ; j'ai rendez-vous pour mon deuxième le 14 juin. J'étais plus ou moins tranquille pour la première injection, sans aucune réaction. Mais j'ai des capilaires très sensibles, des varices, mais je vais en parler à mon médecin qui me donnerason avis, et j'ai confiance en lui.

  • Posté par Georis Olivier, vendredi 21 mai 2021, 11:37

    Voilà un bon réflexe, en parler à son médecin. Il vous connais, vous avez confiance en lui. C'est ainsi qu'il faut selon moi procéder.

  • Posté par Trevisan Lucio, vendredi 21 mai 2021, 9:38

    Si je conduis une voiture, c'est mon choix; si je fume, c'est mon choix. Hors on nous impose le Vaxzevria comme vaccin, on n'a pas le choix. Et qu'on ne vienne pas me dire qu'on a le choix de se faire vacciner ou non, dans la réalité, c'est faux. Si certains refusent la vaccination, ils sont stigmatisés et discriminés. tous les jours les médias de tout genre jouent ce rôle de stigmatisation en culpabilisant ces "irresponsables". On met la pression sur eux en les menaçant de ne pas avoir accès à certains services (foires, événements culturels, voyages,...). Est-ce que quelqu'un a déjà réfléchi à la raison pour laquelle on ne nous a pas imposé la vaccination ? Cela aurait été plus simple non ? plutôt que de procéder à ce matraquage pro-vaccinal. Ce Vaxzevria n'a rien pour lui. - 1° Deux doses dont la suivante était à plus de trois mois - 2° Approvisionnement nul depuis le début - 3° Rétention de vaccins par certains pays. - 4° exportation de vaccins hors C.E. vers des pays comme la Grande-Bretagne en retardant la vaccination dans nos pays. - 5° ce Vaxzevria serait moins efficace contre certains variants. - 6° the last but not the least : des décès liés à l'injection de ce vaccin plus importants qu'un autre vaccin. Merci à ce gouvernement et à ces experts qui le conseillent.

  • Posté par Trevisan Lucio, vendredi 21 mai 2021, 21:16

    Non, mais nous devrions avoir le choix du vaccin. A partir du moment, où de tels cas arrivent, le principe de précaution doit prévaloir.

Plus de commentaires

Aussi en Société

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

Geeko Voir les articles de Geeko